Agora monte le son à l’international

Publié le 20 février 2018 | Entreprises

Le numérique en réseau dans le domaine du son, voilà le cœur de métier d’Agora. La société a créé Ghost, son propre commutateur ethernet et vise les Etats-Unis.

Début décembre, Agora a fait partie des 10 start-ups sélectionnées par Business France, en partenariat avec bpifrance, pour exposer sur le pavillon French Tech, au salon Slush, à Helsinki en Finlande. Cet événement incontournable de la scène numérique mondiale a été un beau coup de projecteur pour cette société poitevine et la possibilité de rencontrer des investisseurs. Agora présentait Ghost, son commutateur ethernet (un boîtier multi-entrées) destiné aux professionnels du spectacle et des loisirs. Il permet de gérer une multitude de protocoles différents sur des réseaux audiovisuels numériques.

La société a été créée en 2012 par Bruno Gondrecourt, aujourd’hui président, et David Rocher, directeur général. « J’étais dans le milieu du spectacle. Avec Agora, nous sommes passés vendeur et installateur, puis aujourd’hui concepteur avec Ghost, souligne l’associé. Tout est parti de notre expérience du terrain. Cela nous manquait dans notre travail, nous avons donc développé ce produit, au départ, pour notre propre usage. » Petit à petit, le système a été mis en place sur leurs propres installations, puis lancé en 2015, Ghost équipe désormais de grands noms, comme de petites salles. Dernièrement, la société l’a installé dans les salles du Confort Moderne à Poitiers. Elle travaille par exemple pour la Maison de la Radio à Paris, la société d’exploitation de la Tour Eiffel, le zoo de Beauval ou encore le Futuroscope. Pour le parc d’attraction de la Vienne, Agora s’est occupée de l’intégration du système audio de l’attraction « L’Extraordinaire voyage ».

Aujourd’hui, Ghost répond aux besoins et aux problématiques de nombreuses salles et prestataires de l’industrie des loisirs. « Il n’existait pas de solution complète et orientée réseaux. Il fallait également que cela reste accessible à un technicien audiovisuel du spectacle. Avec notre produit, tous les flux sont unifiés, tout est transporté via cette interface unique. »

En progression constante

L’activité de la société se répartit en deux pôles : l’installation de matériel (60 % du chiffre d’affaires) et la fabrication de produits (40 % du CA). Sur Ghost, la société se charge de l’assemblage, des tests, puis de la programmation. 50 unités sortent environ chaque mois. « Notre rôle de fabricant devrait progresser, notamment avec l’export qui représente 30 % de notre chiffre d’affaires. Nous faisons de nombreux salons à l’étranger et nous essayons de trouver de nouveaux distributeurs. Nous regardons par exemple pour exporter aux Etats-Unis, mais avant il faut passer les certifications nécessaires, ce qui prévu pour 2018. » La société travaille sur de beaux projets. Elle devrait ainsi assurer le transport de tous les flux audiovisuels pour une cérémonie d’ouverture d’un grand événement sportif.

Aujourd’hui, l’entreprise cherche de nouveaux locaux, pas forcément plus grands, mais plus adaptés à ses activités. Agora emploie sept personnes et des recrutements sont prévus. « Dans cinq ans, nous espérons être 15. »

Mathilde Wojylac

Partenaire : Inovis asset management