Année record pour la création d’entreprise

Publié le 5 novembre 2019 | Actualité / en Poitou-Charentes

création entreprise

12 % des entreprises françaises sont situées en Nouvelle-Aquitaine (hors Ile-de-France), soit 404 741 entreprises en 2018. A savoir que 13 % des nouvelles entreprises françaises sont créées en région, dont 58 043 en 2018. C’est le 3e plus fort taux de créations d’entreprises, avec fin 2018, + 14,3 % en un an. Petit tour dans les départements.

La création a un niveau historique en région

La Nouvelle-Aquitaine figure au quatrième rang des grandes régions les plus peuplées avec 5,98 millions d’habitants, sur 18 grandes régions en comptant les collectivités ultramarines. Mais au classement des régions les plus dynamiques, elle grappille une place et monte sur le podium grâce à un chiffre historique de 9 990 entreprises créées (hors micro-entreprises et agriculture) au cours des six premiers mois de l’année 2019. Cela représente une hausse de +14 % en un an, 4 points au-dessus de la moyenne nationale.

En revanche, la Nouvelle-Aquitaine enregistre aussi un plus grand nombre de défaillances. 1 319 sociétés ont déjà baissé le rideau en un an, soit 3  % de l’ensemble des structures professionnelles. Là aussi, c’est au dessus de la moyenne nationale.

La Charente à son rythme

La Charente suit la conjoncture économique régionale positive, mais a son rythme. Comme en Deux-Sèvres et en Charente-Maritime, le nombre de créations d’entreprises, 722, a augmenté au premier semestre 2019 par rapport à 2018 (679 créations). Au cours de la même période, 205 sociétés ont également été reprises, elles étaient 224 l’an passé. Enfin le nombre d’entreprises défaillantes marque un net recul. 618 structures ont disparu en six mois en 2018 contre 487 au premier semestre 2019. Soit un total de 131 créations nettes en un an.

La Charente-Maritime tirée par la zone de La Rochelle

Selon l’Insee, 6 118 sociétés ont été créées sur l’ensemble de l’année 2018 en Charente-Maritime (il n’y a pas encore de chiffres pour 2019). Un chiffre record. Pour comparer, la Vienne, département dynamique aussi, n’a connu que 2  986  créations d’entreprises. Dans le détail, sur 6  118 nouvelles structures, 4  570 sont des entreprises individuelles (2  303 dans la Vienne en 2018) et se répartissent ainsi : 348  de ces sociétés relèvent de l’industrie, parent pauvre du département, 738 dans la construction, 1  845 dans le commerce – transport – hébergement – restauration, 1  772  dans les services aux entreprises et 1  415 dans le service aux particuliers. Mais le département totalise également 790 sociétés défaillantes.

Les Deux-Sèvres vont bien

2019 s’annonce comme un bon cru pour le tissu économique deux-sévrien. 848 entreprises ont vu le jour au cours des six premiers mois, soit précisément 49 de plus que l’an passé. Signe d’une bonne dynamique, au cours de la même période, seulement 393 établissements ont fermé leur porte, principalement dans le BTP, l’hôtellerie-restauration et les commerces d’équipement à la personne. Elles étaient 505  l’an passé. Cela représente une spectaculaire augmentation du solde net : 455 nouvelles entreprises cette année alors que l’on en comptait que 294 l’année dernière. C’est plus 161 sociétés ! Ajoutez à cela une courbe du chômage 1,6 point en dessous ( à 6,4  %) de la moyenne néo-aquitaine (8  %) et vous obtenez un département qui se porte bien. Et comme l’ensemble de la grande région se développe aussi, les voyants sont au vert.

La Vienne, un département entreprenant

Par rapport à la population, la Vienne fait partie des départements les plus entreprenants. Selon les données de la chambre de commerce et d’industrie de la Vienne, dont dépendent 16 000 ressortissants, 2018 a enregistré 1 300 créations-reprises d’entreprise et 700 radiations. « Cette année, nous visons les 1 500 créations, nous avons 900 ressortissants actifs supplémentaires », détaille Stéphane Piters, directeur du pôle formalité. 61  % sont issus du service, notamment le service à la personne, 30  % du commerce et 9  % de l’industrie.

Partenaire : Inovis asset management