Antoine Sauvignon, caviste détonnant

Publié le 14 décembre 2018 | Actualité / Portrait / Une

Payant

antoine sauvignon

Si au départ il envisageait de devenir commissaire-priseur, Antoine Sauvignon a été rattrapé par son nom et vient d’ouvrir la cave, bar-à-vins Canon, où il fait la promotion des vins artisanaux.

Il y a des hasards qui n’en sont pas. A deux pas des arènes romaines de Poitiers, Antoine Sauvignon vient d’ouvrir Canon, une cave, qui est aussi bar-à-vins et propose des événements. Pourtant, le jeune homme de 27 ans ne se destinait pas forcément à cette voie-là. Il a commencé par une licence de droit à la faculté de Poitiers. « Je visais plutôt les métiers de notaire ou commissaire-priseur. » En feuilletant dans le catalogue des formations de l’université, la licence professionnelle Commerce et distribution, mention Droit des métiers des vins et spiritueux lui fait de l’œil. Il rejoint alors le lycée agricole de l’Oisellerie, en Charente et réalise son stage dans un grand domaine viticole du Val de Loire, en démarche agriculture biologique. « Je découvre le vin et ses différentes facettes. »

De Hong Kong à Poitiers

Il part ensuite pendant un peu plus d’un an à Hong Kong avec le statut de volontaire international en entreprise, en tant qu’appui local pour développer les ventes du domaine en Asie. Il effectuera ensuite une deuxième mission à Londres. De retour en France, il atterrit à Lyon et cherche à intégrer une cave, mais trouve à la place un poste de serveur-sommelier au restaurant L’ébauche. « La gastronomie est un sujet connexe au vin, qui m’attire également. J’ai beaucoup appris avec ce poste, mais il me manquait des connaissances. »

Après un an dans la restauration, il reprend donc ses études pour un BTS viticulture et œnologie, mention agriculture biologique, au CFA du jura, à Montmorot. Il effectue en parallèle son apprentissage dans un domaine en Alsace, du côté de Colmar. « A la fin de la formation, plusieurs de mes camarades se sont installés en tant que vignerons. Je n’avais pas envie de ça. Je suis donc revenu à Poitiers et j’ai poursuivi ma première idée de travailler dans une cave. » Originaire de Mignaloux-Beauvoir, le jeune homme après six ans loin des terres poitevines décide d’opérer un retour aux sources et de créer sa société. « Canon est en réalité le fruit de mes différentes formations et expériences : vendre le vin, le servir, renseigner sur sa production, le tout avec un peu de cuisine et l’organisation d’événements. A Poitiers, j’ai en plus le soutien de ma famille et de mes amis. J’ai embarqué tout le monde dans cette aventure. »

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management