Connect with us

Bouge ta boîte fédère les entrepreneures

bouge ta boîte

Actualité

Bouge ta boîte fédère les entrepreneures

Voilà un an que le réseau Bouge ta boîte est actif sur Poitiers. A cette occasion, les huit bougeuses du cercle invitent celles qui voudraient en savoir plus sur ce concept à les rejoindre pour un Bouge up.

bouge ta boîte

Voilà un an que le réseau Bouge ta boîte est actif sur Poitiers. A cette occasion, les huit bougeuses du cercle invitent celles qui voudraient en savoir plus sur ce concept à les rejoindre pour un Bouge up, le vendredi 24  mai, de 12h45 à 14h15, à l’agence Kangourou Kids (65 rue Sadi Carnot à Poitiers).

Bouge ta boîte est un réseau de femmes chefs d’entreprise qui génèrent des recommandations et ainsi du chiffre d’affaires. La seule condition est qu’il n’y ai pas deux fois le même métier, pour éviter la concurrence. Depuis septembre Cécile Baybaud, productrice de rhums infusés avec Rozo Spirit, a rejoint le groupe. Elle participe aux réunions tous les 15 jours et depuis décembre tient le rôle de boosteuse (animatrice du cercle). « C’est un système qui me convient bien, une expérience enrichissante. Il y a une méthode, un déroulé précis au Bouge up, cela oblige à se structurer, tout en avançant progressivement. L’intérêt est de créer une bulle de confiance pour parler sereinement de son activité, de soi. » Le principe est de découvrir chaque entreprise, chaque boosteuse pour mieux se connaître et se recommander.

« J’ai d’abord été attirée par la promesse de développer mon chiffre d’affaires, mais c’est aussi un espace où l’on est en confiance, on peut échanger librement. On s’adresse à d’autres chefs d’entreprise qui savent ce que l’on vit. Nous parlons le même langage et ça fait du bien. Le format me convient car j’ai peu de temps. J’exerce seule, il me fallait un système efficace et structurant. »

Elles sont ainsi 700 en France (et chaque mois un peu plus) à avoir rejoint le réseau Bouge ta boîte. En plus des réunions, il y a d’autres possibilités : un duo avec une autre bougeuse ou un atelier sur une thématique. C’est aussi de la visibilité avec une page web professionnelle et un workplace dédié. « Je suis jeune, sur un nouveau segment, j’ai été confronté au machisme. Je me suis posé pas mal de questions et cela fait aussi du bien de se sentir soutenue, de montrer que c’est possible d’entreprendre en étant une femme. »

M. W.

Continue Reading

Plus dans Actualité

En haut