Bruno Belin à l’offensive pour 2018

Publié le 11 janvier 2018 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

voeux belin

Pour les vœux du Département de la Vienne, son président Bruno Belin a tout d’abord passé en revue les différentes priorités sur lesquelles l’assemblée va continuer de s’engager : Agrilocal86, le 35e collège, le déploiement du très haut débit, le schéma routier, les Heures Vagabondes, la protection des enfants, les maisons de santé, le schéma de l’autonomie, l’Arena, l’Historial du Poitou, la rénovation des bourgs anciens … « Ce sont autant de sujets sur lesquels la Vienne avance. » Et Bruno Belin n’a cessé de le rappeler, la priorité est à l’emploi et au développement économique. « Notre stratégie, c’est l’emploi. Les investissements que nous décidons, ce sont autant d’emplois dans les entreprises. La SEM patrimoniale est en ce sens un outil extraordinaire. Mais, si une loi est mauvaise, il faut la revoir. Il faut changer la loi NOTRe pour pouvoir créer du développement économique. Nous avons envie de continuer à faire de l’économie. Par exemple, nous ne pouvons plus financer de pylônes, mais les habitants attendant de pouvoir téléphoner partout correctement. Il y a des choses à faire changer. Je revendique la possibilité de l’expérimentation, il faut laisser de la place aux initiatives et ne pas freiner les énergies. Le Futuroscope a été rendu possible par la décentralisation et l’imagination, il est le symbole de ce qu’il est possible de faire sur le territoire et de ce qu’il sera possible de faire demain, mais il faut laisser ce pouvoir à l’imagination pour continuer à faire des choses. Pour les entreprises, pour l’emploi, pour les habitants, nous devons continuer à être réactifs. Les chefs d’entreprise attendent des réponses rapides, ils ne comprennent pas l’absence de réactivité. Parmi les choses indispensables, il y a l’aéroport, il faut le maintenir coûte que coûte. » Bruno Belin n’oublie pas pour autant la solidarité et la proximité. « Nos compétences sociales on y tient. Répondre aux demandeurs d’emplois, accompagner les personnes âgées, les personnes handicapées, s’occuper de la protection de l’enfance … nous continuerons à assumer. »

Sur le travail engagé avec les Deux-Sèvres, Bruno Belin est satisfait. « La Vienne travaille avec ceux qui veulent faire des choses. Avec les Deux-Sèvres, sur le très haut débit, pour être efficace il faut une certaine taille. Sur la RN 147, nous profitons de la clause de revoyure et de la fusion des trois contrats de plan Etat-Région pour rappeler ensemble avec les Deux-Sèvres et la Haute-Vienne que cette route est prioritaire et que nous sommes prêts à mettre les moyens sur ce dossier. »

M. W.

Partenaire : Inovis asset management