Les Cafés de ThéOphraste réussissent leur développement

Publié le 4 janvier 2018 | Entreprises

cafés théophraste

Un an après des travaux de rénovation et d’agrandissement qui ont mobilisé un investissement de 210 000 euros, Les Cafés de ThéOphraste ont observé un net bon dans leur activité, pourtant déjà bien installée en centre-ville de Loudun, depuis bientôt dix ans.

C’est dans une boutique et un salon de thé flambant neufs, dont ils ont repensé eux-mêmes tous les détails de la décoration, qu’Anne et Frédéric Favier accueillent désormais leur clientèle d’habitués, rue Porte de Chinon, en plein cœur de Loudun. Car si de gros travaux ont refaçonné l’image du commerce à l’été 2016, le couple, installé dans la Vienne depuis 2003, y torréfie son propre café depuis 2008. Bientôt dix ans donc qu’Anne et Frédéric Favier, 40 et 43 ans, ont racheté ce commerce après des carrières dans la restauration, en tant que cuisinier pour lui et réceptionniste pour elle. Déjà passionné de thés, le couple s’est formé sur le café, afin de se mettre à leur compte comme vendeurs mais surtout torréfacteurs.

En effet, aujourd’hui, tous les cafés qui sont vendus, et servis, aux Cafés de ThéOphraste sont torréfiés sur place. Anne et Frédéric Favier reçoivent les petits grains verts venus du monde entier et les cuisent ensuite eux-mêmes, dans un immense torréfacteur installé derrière le comptoir du salon de thé.

250 kilos par semaine

« Nous travaillons avec un négociant de qualité qui va lui-même rencontrer sur place les producteurs, explique Frédéric Favier. Il va même parfois sélectionner un producteur en particulier qui n’exporte pas encore, mais produit un café de grande qualité. » Un contact avec les producteurs qui se poursuit sur les réseaux sociaux grâce auxquels les photos de la boutique de Loudun sont « likées » par des producteurs Kenyans par exemple.

Le café torréfié en grains est vendu dans la boutique donc, mais aussi, et surtout, livré chez une cinquantaine de clients professionnels : restaurants, hôtels, cafés et dans certaines PME et PMI dans un rayon de 50 km. « Nous sortons 12 tonnes à l’année,  détaille le couple, ce qui représente 250 kilos par semaine. »

Côté thés, la boutique propose une sélection effectuée directement chez les grandes maisons de thés, disponible en vrac ou en sachets. La boutique a aussi développé une partie épicerie fine qui fonctionne très bien, avec des produits venus d’un peu partout dans le monde : vinaigre balsamique italien, sauce barbecue américaine, marmelade et cakes anglais, conserves espagnoles et même, selon la saison, des insectes séchés mexicains !

Trois fois plus de recettes

Grâce à l’augmentation constante de leur chiffre d’affaires depuis 2008, le couple Favier a pu lancer de grands travaux, de mai à septembre 2016, qui ont permis d’agrandir considérablement le lieu. Les Cafés de ThéOphraste disposent désormais d’un espace de 90 m2 avec 18 places en salon de thé, au lieu de 6 auparavant. « On voyait qu’il y avait une vraie demande là-dessus, surtout les jours de marché où nos six places ne désemplissaient pas », précise Anne Favier. Un investissement de 210  000 euros, mais qui a déjà multiplié par trois les recettes du salon de thé.

L. A.

Partenaire : Inovis asset management