Connect with us

Céline Nomen, l’expérience au bout des doigts

exclusive men

Actualité

Céline Nomen, l’expérience au bout des doigts

Voilà 7 ans, que la pétillante jeune femme est à la tête d’Exclusive’Men, un institut de soins dédié aux hommes. Elle vient de remporter le prix des Ailes de la TPE.

exclusive men

Voilà 7 ans, que la pétillante jeune femme est à la tête d’Exclusive’Men, un institut de soins dédié aux hommes. Elle vient de remporter le prix des Ailes de la TPE.

Sur Poitiers et le département, Exclusive’Men reste le seul institut de soins réservé aux hommes. Céline Nomen l’a créé il y a 7 ans maintenant et pour sa progression constante, son développement, elle vient de se voir attribuer le prix des Ailes de la TPE, dans la catégorie Emploi et formation, bien-être au travail, décerné par la Fédération des centres de gestion agréées. « Au niveau du département, j’ai été sélectionnée parmi 1 200 adhérents, explique la jeune femme. Un dossier a été constitué et présenté devant un jury national. Résultat, je fais partie des six lauréats nationaux ! Si j’ai été reconnue par mes pairs, ce prix est différent car il est la reconnaissance du monde l’entreprise, de la gestion. Il souligne mes bonnes performances, mon parcours, l’évolution de la société. Cela prouve que ce modèle fonctionne. »

Créer un nouveau concept

Originaire de La Réole, en Gironde, passionnée par le commerce et le marketing, Céline Nomen réalise un BTS à Bordeaux. « Je cherchais une idée à développer après l’obtention de mon diplôme et dans la conversation apparaît l’idée de créer un institut pour hommes. » Pourtant, elle la laisse de côté et part sur Paris, exercer dans le monde de la finance sur un poste de chargée de communication externe et interne. Après cinq ans à la capitale, en 2006, elle décide de rentrer et reprend alors l’idée de l’institut. « Pour concrétiser ce projet, il faut obligatoirement détenir un diplôme d’esthétique. » Céline Nomen obtient alors son CAP et arrive sur Poitiers en 2007. « Mais, je n’avais alors pas toutes les compétences en main pour me lancer. » Elle exerce alors dans différents instituts pour gagner en expérience.

Après cinq ans, elle se lance alors en 2012 et ouvre Exclusive’Men, avenue Jacques Cœur à Poitiers. En 2014, elle recrute une première salariée. En 2016, elle déménage route de Gençay et cette année embauche une deuxième salariée. « Ma ligne de conduite est toujours restée la même : respecter le client et proposer un service de qualité à tous les hommes. »

C’est le créneau qu’elle a choisi et depuis 7 ans, qu’elle développe. « J’ai plutôt un tempérament de challengeuse. C’était évident pour moi de créer ma société. La première étape a été d’investir sur le matériel, l’humain, aujourd’hui, nous sommes dans une phase de renouvellement de la carte. Je propose de nouvelles offres pour ne pas lasser les habitués, adapter mes soins aux nouveaux clients, aux différents profils que nous avons désormais. Il faut leur donner envie de revenir. Malgré ces 7  ans d’expériences, je ne suis pas du genre à m’endormir sur mes lauriers. Récemment, j’ai assisté à une conférence. Le conférencier a décrit sa situation de chef d’entreprise et finalement je me suis retrouvée : que l’on soit petit ou grand, un entrepreneur est là pour innover, prendre des risques et les assumer en créant. »

Sur-mesure et qualité

Dans la maison cocon Exclusive’Men sont donc proposés des soins sur-mesure pour un moment de détente et de relaxation. « Je suis une entreprise artisanale, je propose du sur-mesure et de la qualité. Les clients ne sont pas là par besoin, mais pour se faire plaisir, il faut donc leur offrir un service à la hauteur, pour une parenthèse complète. Avant, pendant, après, chaque détail compte, l’exigence est là. »

Si elle est membre de Génération Femmes d’Entreprises, elle a également participé, en 2016, à la création du réseau Ré’Activ, le réseau des entreprises actives, en partenariat avec IPCA, aujourd’hui constitué d’une trentaine d’adhérents. « Il s’agit d’entrepreneurs indépendants qui viennent chercher là une aide pour se développer. C’est important pour moi de pouvoir les épauler dans leur création, de redonner ce que j’ai pu apprendre. Et pendant les ateliers, tous les deux mois environ, j’apprends aussi finalement. »

M. W.

Continue Reading

More in Actualité

En haut