Comment ça marche le bitcoin ?

Publié le 9 mars 2015 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

bitcoin

Tout le monde en parle, se pose des questions, mais sait-on vraiment ce qui se cache derrière le bitcoin ? Stéphane Traumat, entrepreneur charentais dans les nouvelles technologies développe ce sujet qui le passionne.

« Une chose qui manque, mais qui sera vite développée je pense, est un système de paiement sécurisé qui permettra de transférer des fonds d’une personne A à une personne B sans qu’ils ne se connaissent. De la même façon que je vous tends un billet de 20 $ », réclamait Milton Friedman, prix Nobel de l’économie en 1999. Aujourd’hui, c’est désormais possible avec le bitcoin, un porte-monnaie avec système de téléportation.
« C’est une technologie qui répond au manque d’évolutions de la banque, introduit Stéphane Traumat. Pourquoi transférer de l’argent prend-il du temps et coûte si cher ? Pourquoi l’argent ne voyage-t-il pas le dimanche ? D’un côté, nous avons une industrie du paiement qui s’élève à 500 milliards de dollars grâce aux petites commissions ; elle est vieille et ne bouge pas vite. De l’autre, nous avons une technologie qui promet d’effacer tous ces défauts. »
Le bitcoin, première devise monétaire électronique décentralisée, promet des transactions quasi instantanées de personnes à personnes, ne coûte presque rien et voyage sans frontières. Un « compte » bitcoin est anonyme et ne peut être bloqué ou confisqué. Là où il y a une connexion, on peut faire une transaction.

Comment se créer un compte ?
« Bitcoin utilise le principe de signature électronique pour s’assurer que seul le propriétaire des bitcoins peut les dépenser. » Mais qui se cache derrière Bitcoin ? « Personne, c’est un réseau de machines en en peer to peer (P2P), il n’y a pas de chef. Le réseau Bitcoin maintient un fichier qui est un registre global de toutes les transactions, c’est le blockchain. Ce fichier permet à tout le monde de savoir qui a combien de bitcoins, mais le “qui” n’est pas relié à une personne physique ou morale. » La première étape est la création d’une clé privée. C’est un nombre choisi au hasard qui permet de signer des transactions sur les bitcoins qui vous appartiennent — ex : 91149ee24f1ee9a6f42c3dd64c2287781c8c57a6e8e929c80976e586d5322a3d — comme une signature sur un chèque.
La seconde étape est la création de la clé publique,  calculée à partir de la clé  privée précédente. Elle permet de générer des adresses bitcoin, c’est en quelque sorte votre numéro de compte. C’est à ces adresses que l’on peut vous envoyer des bitcoins et vous pouvez en créer autant que vous voulez ! « Tout ceci est géré de manière automatique par les logiciels du marché et tout ce que l’on vient de faire peut être fait offline. Mais attention, si vous perdez votre clé privée, vous ne pourrez pas retrouver vos bitcoins. »

Comment acheter et recevoir ?
Pour acheter des bitcoins, il suffit d’en fabriquer si vous êtes très fort en calcul. Sinon vous pouvez en acheter auprès d’un tiers qui en possède. Il existe de nombreux vendeurs : Coinbase (plate-forme en ligne), La maison du bitcoin (accueil physique) ou des connaissances. Un bitcoin s’élève aujourd’hui à 290 €.
Pour recevoir de l’argent, il suffit de donner votre adresse bitcoin. Lancé en 2008, il est difficile de savoir si le bitcoin va s’imposer.  « Cette technologie a un tel potentiel que la question à se poser est : “Si cela marchait ?” » Est-ce une disruption comme Uber, Airbnb, Netflix, l’iPhone, Deezer … ? A suivre.
Lydia De Abreu

Partenaire : Inovis asset management