Connect with us

Compositeworks entretiendra les mégayachts à La Rochelle

megayatchs

Entreprises

Compositeworks entretiendra les mégayachts à La Rochelle

Compositeworks, numéro deux mondial de refit (entretien) de mégayachts s’installe au Grand port de commerce de La Rochelle, en association avec Atlantic Refit Center.

compositesworks

Compositeworks, numéro deux mondial de refit (entretien) de mégayachts s’installe au Grand port de commerce de La Rochelle, en association avec Atlantic Refit Center.

L’entretien de mégayachts existait depuis 2006 sur le Grand port de commerce de La Rochelle et se développait régulièrement par l’entremise d’Atlantic refit center (ACR). Mais il devrait connaître une croissance importante avec l’arrivée de Compositeworks, créée en 1998 à La Ciotat par les Anglais Ben Mennen et Mark Salman. Le premier nommé était présent à La Rochelle le premier septembre pour annoncer son implantation officielle. Au passage, il a livré quelques chiffres qui permettent de mesurer l’impact qu’aura cette installation si tout se passe bien. « Nous appelons mégayacht un yacht de plus de 80 mètres. La valeur de ces navires est d’environ un million d’euro par mètre linéaire, mais cela peut facilement monter à deux ou trois millions selon sa largeur et son équipement. C’est un marché en pleine expansion, qui devrait augmenter de 30 % d’ici 5 ans. Et les yachts sont toujours plus grands. »

Infrastructures rochelaises

« Chaque année leur propriétaires doivent investir environ 10 % du coût de base pour payer l’entretien, l’équipage, le carburant et les assurances, a t-il continué. Tous les deux ans, il faut mettre le navire en carénage (révision de la coque). Enfin tous les cinq ans une vérification complète doit être effectuée. Pour un yacht de 80 mètres, cela vérification coûte 6 à 7 millions d’euros. Pour un navire de 120 ou 130 mètres, cela monte à 15 à 20 millions d’euros. Et à La Rochelle, avec la forme de radoub et la cale sèche, on peut faire tout cela. »

A La Ciotat, Compositeworks entraîne dans son sillage un panel de plus de 200 sous-traitants. En 2015, ces entreprises locales se sont partagées un gâteau de 22 millions d’euros, ce qui a généré près de 250 emplois directs et 65 induits. Une telle myriade de professionnels existe déjà à La Rochelle, tout comme les infrastructures hôtelières pour accueillir les équipages le temps de la mise à sec. Selon le Grand port de commerce, en 2014, les membres d’équipage des yachts en stationnement à La Ciotat pour le compte de Compositeworks ont généré un total de 40 000 nuitées.

« Nous serons les rois »

On mesure tout l’intérêt économique de cette arrivée. Qui plus est en s’unissant à Atlantic Refit Center (ARC), pionnier du refit de mégayachts à La Rochelle, elle va dynamiser cette activité sur la façade atlantique. ARC fonctionnait déjà bien. Elle a notamment obtenu en 2014 le « Boat International Superyacht Award », prix du meilleur refit-conversion décerné par l’industrie du Superyacht. Mais à elles deux et avec la construction d’un toit sur la forme de radoub du Grand port, longue de 176 mètres, d’ici deux ans, le tandem aura de quoi sérieusement concurrencer les Anglais, Allemands et Hollandais. Cet équipement, plus l’engagement du président de la Communauté d’agglomération de La Rochelle, Jean-François Fountaine, de « faire ce qu’il faut avec la chambre de commerce et d’industrie s’il y a des besoins en formation », Ben Mennen a conclu que si tout se passe comme prévu, « nous serons les rois ».

O. G.

megayatchs

Continue Reading

Plus dans Entreprises

En haut