Connect with us

Concilier carrière professionnelle et vie familiale

débat femme

Actualité

Concilier carrière professionnelle et vie familiale

Comment allier vie professionnelle et personnelle ? La question a été posée lors d’une réunion dans le cadre du Grand débat national. Tous s’accordent à dire qu’il y a encore des progrès à faire sur les thèmes de la famille, de la monoparentalité et des moyens pour permettre aux femmes d’exercer un métier.

débat femme

Comment allier vie professionnelle et personnelle ? La question a été posée lors d’une réunion dans le cadre du Grand débat national. Tous s’accordent à dire qu’il y a encore des progrès à faire sur les thèmes de la famille, de la monoparentalité et des moyens pour permettre aux femmes d’exercer un métier.

Dans le cadre du Grand débat national, le thème de la famille, la monoparentalité et des moyens pour permettre aux femmes d’allier carrière professionnelle et vie familiale a rassemblé une quarantaine de personnes, le 13  février dernier, à Buxerolles, dans la Vienne. Les familles monoparentales représentent un quart des familles néo-aquitaines. Dans la Vienne, cette situation concerne 12   000  familles. « Et l’on sait que la garde d’enfants reste un frein à l’emploi, indique Aïda Jaafar, représentante de Parents Solos  86, co-organisatrice de l’événement avec Lydia De Abreu, rédactrice en chef d’Info-éco. Avoir un mode de garde adapté, c’est la liberté de pouvoir travailler dans de bonnes conditions sans être dans la précarité. » Jusqu’à trois ans, il y a la prestation d’accueil du jeune enfant, puis jusqu’à six ans, le crédit d’impôt. « Et ensuite, dès que l’enfant a six ans, il n’y a plus rien. Mais est-il pour autant autonome ? Peut-il se garder seul ? »

L’une des revendications des gilets jaunes est d’ailleurs de prolonger ce crédit d’impôt jusqu’à 11 ans, comme l’a rappelé l’une d’entre eux. Emilie, une maman solo a voulu témoigner de l’entraide qu’elle bénéficie. « Ce qui marche le mieux, c’est les autres, avoir un réseau autour de soi. Après, il faut arriver à sortir de chez soi, à se parler. » Le réseau Parents Solos  86 fédère ainsi plusieurs centaines de parents isolés. Jacques intervient sur la nécessité d’aménager le temps de travail des femmes, voire de créer le métier de “père ou mère de famille”.

Mais, il reste toujours la question des horaires atypiques ou de la quotidienneté d’une absence. Certaines municipalités organisent des garderies dès 7h30 et jusqu’à 18h30, voire 19h. Le CHU de Poitiers dispose d’un service qui prend le relais. La solution du développement des crèches d’entreprise ou inter-entreprises a été soumise. « Il faudrait un avantage fiscal pour que l’entreprise s’engage dans cette voie », souligne un participant.

Sur Poitiers, des plages horaires sont réservées pour les parents en recherche d’emplois. « Dans les quartiers prioritaires, il pourrait y avoir un appartement relais dédié, expose une jeune femme. Un lieu où les enfants pourraient être déposés en sécurité, pour les nombreuses femmes qui doivent se lever aux aurores pour aller faire le ménage dans les bureaux. Car le plus souvent, c’est le plus grand qui garde les petits, les emmène à l’école … ce serait autant de soucis en moins pour tous. »

Le rôle des grands-parents a également été abordé. « Il pourrait exister des croisements avec les maisons de retraite ou avec des associations … », évoque une maman solo. L’exemple a été donné de l’association Vienne Parrains Marraines, qui a pour objet de promouvoir le parrainage. « C’est aussi avoir occasionnellement, par exemple une fois par mois, le droit au répit car c’est dur d’être la seule personne à tout porter. »

M. W.

Continue Reading
Advertisement
Vous aimerez aussi

Plus dans Actualité

En haut