Contre le gel du raisin, l’aspirine végétale de Getade

Publié le 20 février 2018 | Entreprises

La TPE de Bussac-Forêt, Getade Environnement, s’apprête à signer un important contrat avec une multinationale espagnole pour commercialiser son aspirine végétale.

Bernard Lachaise, ingénieur agronome et fondateur de Getade Environnement, négocie actuellement avec une multinationale espagnole, dont il tait le nom, pour commercialiser son traitement phytosanitaire biologique pour la vigne dans 82 pays du monde.

« Cette entreprise me vend le cuivre qui compose à 60  % mon produit, le Renescence. Donc elle détient en fait 60  % de ma solution, pointe Bernard Lachaise. Mais elle peut surtout le fabriquer en grande quantité. Nous, nous fabriquerions le pré-mix. » Spécialisée dans l’élaboration de produits phytosanitaires homéopathiques biologiques pour les animaux et pour les plantes, Getade propose 27 produits en gamme agricole, sept en gamme jardin et deux produits en santé animale. Mais c’est son « aspirine végétale » qui a attiré la firme ibérique, pour sa capacité à fluidifier la sève et éviter ainsi que le raisin gèle.

« Aspirine végétale »

Cette aspirine relève pourtant d’un « heureux hasard », reconnaît son inventeur. « Ce n’est pas sa fonction première. Je l’ai créée pour protéger la plante contre le mildiou et l’oïdium. L’année dernière, des viticulteurs de Provence ont eu la surprise de constater que dans les secteurs où ça a gelé, fin avril, le raisin était intact ensuite. Ils ont pourtant fait venir un expert en assurance qui leur a assuré qu’il y avait 80  % de pertes. Personne n’en doutait. Mais ils l’ont fait revenir trois semaines après. En voyant le raisin, il a cru que ce n’était pas les bonnes parcelles. Finalement il a prédit entre 35 et 40 hectolitres par hectare. Ils en ont produit 38 ! En fait en mars, ils avaient commencé un programme de traitement Getade qui a eu d’autres effets, dont celui de fluidifier la sève et de l’empêcher de geler, comme de l’eau qui coule d’un robinet ne gèle pas. » S’il admet sa surprise lui aussi, Bernard Lachaise ne l’est qu’à moitié. Parce que « nos produits sont là pour amender le sol et équilibrer la plante, ce qui améliore sa physiologie et sa résistance à la maladie. » D’autant qu’il élabore ses recettes en fonction de la plante, de la nature du sol et de la climatologie du lieu. Mais aussi parce qu’il peaufine son aspirine végétale depuis 2009. « Il m’a fallu 7 à 8 ans pour quantifier le bon dosage », indique t-il.

Ce contrat avec cette multinationale assoirait encore la réputation de Getade Environnement, qui a déjà séduit quelques grands noms, dont Chanel par l’entremise d’une roseraie provençale, Moët et Chandon et quelques beaux crus bordelais.

O. G.

Partenaire : Inovis asset management