Connect with us

Croisières inter-îles une histoire entre les îles

Entreprises

Croisières inter-îles une histoire entre les îles

Dans le sillage des navires de la compagnie des Croisières inter-îles, tout un pan de l’histoire nautique de la Charente-Maritime remonte à la surface.

Philippe Courcaud

Dans le sillage des navires de la compagnie des Croisières inter-îles, tout un pan de l’histoire nautique de la Charente-Maritime remonte à la surface.

La société des Croisières inter-îles est sortie de l’eau en même temps que les piles du pont d’Oléron.
Jusqu’en 1966 le Conseil général assurait en effet le service de bacs pour relier les trois îles du département. Puis lorsque le pont d’Oléron fut mis en service, en 1966, la collectivité reclassa une partie de son personnel navigant dans la toute nouvelle compagnie Croisières inter-îles qu’il créa pour relier La Rochelle à Ré et Aix. Puis le pont de Ré entra à son tour en service en 1988 et sonna le glas du service public des bacs. Un appel d’offres fut lancé pour reprendre les Croisières inter-îles. Philippe Courcaud, alors officier de marine marchande, et son homologue Philippe Sausset réunirent autour d’eux des investisseurs pour établir un business plan. Parmi ceux-ci, la Compagnie maritime nantaise (CNM, qui gère notamment le vieux gréement le Belem) et la société rochelaise de transport routier Océcars océtour, devenue aujourd’hui Transdev. Leur proposition fut retenue par le Conseil général. Les Croisières inter-îles devinrent donc une filiale de la CNM, elle-même filiale de la Compagnie nationale de navigation (CNN), actrice majeure du transport technique et de passagers en France.


Trois filiales
En 1988, la société reliait les îles du département et remontait la Charente jusqu’à Cognac. Aujourd’hui, toutes les liaisons situées au sud de la Loire relève de sa compétence. Au départ de la cité des tours, elle propose des rotations avec ou sans escale en direction des îles d’Oléron, Ré et Aix, autour du Fort Boyard ou vers la Vendée. Elle assure également, pour le compte du Conseil général, des rotations dans l’estuaire de la Gironde vers le pôle nature de Vitrezay, l’île de Patiras et la rive gauche du fleuve.
En 2004, elle absorbe la Compagnie vendéenne et reprend à son compte les boucles vers les îles d’Yeu et de Noirmoutier au départ notamment de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
Depuis, l’entreprise a elle aussi des filiales. La Tmar assure le service de transport maritime de l’agglomération rochelaise avec le passeur et le bus de mer qui relient les ports en bateaux électriques. La Trans pertuis navigue entre Boyardville et la cité préfectorale pour le compte de la Communauté de communes d’Oléron. Enfin La Rochelle croisières propose des balades touristiques en mer, à bord du « Tchou tchou » pour des tours à vitesse de … croisière ou bien, à l’opposé, à grande vitesse à bord du « Haka », un bateaux semi rigide survitaminé, dernier né des prestations des Croisières inter-îles. Depuis 2013, la maison-mère affrète également l’Espérance, un navire privatisable 10 mois sur 12 pour organiser des événements, des réceptions ou des after work.
La société emploie de 15 permanents en hiver à près de 150 personnes en été, en comptant le personnel navigant et le personnel commercial réparti sur une quinzaine de points de vente ouverts en Charente-Maritime, en Vendée ou en Gironde. Au fil des ans, le sillage des Croisières inter-îles s’est considérablement élargi.

Inter iles 2

Plus dans Entreprises

En haut