Le domaine d’Ampelidae va s’étendre jusqu’à Chauvigny

Publié le 20 février 2018 | Entreprises

Précurseur sur le marché biologique, les vins Ampelidae (du grec Ampelos, la vigne) de Jaunay-Marigny s’exportent tout en se renforçant sur le marché français. Des vignes vont être prochainement plantées du côté de Chauvigny.

Le fruit du succès pour Ampelidae, ce n’est pas seulement le raisin (quoique !), mais aussi sa capacité à vendre sa marque partout dans le monde tout en développant ses capacités de production localement.

Installée sur un domaine de Jaunay-Marigny et d’autres terres jusqu’aux portes de Bordeaux, Ampelidae s’apprête à planter 3 hectares de vignes du côté de Chauvigny. Sa manière aussi de renouer avec l’histoire de l’activité viticole de la cité médiévale. Une unité de production dédiée, créatrice d’emplois, y sera en outre adossée. Chez Ampelidae, l’acquisition de nouvelles terres est toujours à l’étude. Au total, le domaine s’étend aujourd’hui sur près de 500 ha, en propriété, contrat de fermage et d’approvisionnement, pour une production annuelle de près de 2  millions de bouteilles chaque année. Sont récoltés du Pinot noir, du Chardonnay, du Sauvignon blanc et Gris, du Merlot, du Cabernet Franc et du Syrah.

Loin d’ici, les vins biologiques d’Ampelidae ont conquis le monde. En Suède, la marque de Frédéric Brochet est en première place avec son Sauvignon. Déjà présents dans plus de 40 pays, ils seront distribués dans 10 pays supplémentaires cette année. Ampelidae se retrouve aussi sur les plus grandes tables aussi, d’Alain Passart à Joël Robuchon en passant par Richard Coutanceau. Et le marché français n’est pas oublié et va d’ailleurs faire l’objet d’une attention particulière dans les prochains mois. « Nous avons la volonté de renforcer notre présence dans les chaînes de distribution biologique. Nous sommes déjà présents en local et nous allons entrer en discussion pour le marché national », explique Jean-Christophe Bernardin, directeur marketing et commercial d’Ampelidae. Objectif : doubler le chiffre d’affaires de la société.

La viticulture de demain

La démarche de conversion au bio a débuté en 2000 et Ampelidae a été certifié Ecocert en 2004.

C’est donc sous un regard de précurseur que l’appel à manifestation d’intérêt national « Territoires d’Innovation -Grande Ambition », relayé par la région Nouvelle-Aquitaine est scruté. « Nous sommes leader et pionnier, mais nous espèrons surtout ne plus l’être dans quelques années. Notre fer de lance c’est le zéro pesticide depuis longtemps, mais nous garantissons aussi la biodiversité autour de nos vignes. C’est une démarche et une volonté face à une urgence environnementale à l’échelle mondiale. Il était grand temps de mettre en place ces démarches d’incitation et nous sommes ravis que la Région soit partie prenante pour aider et soutenir les viticulteurs à y parvenir », précise Jean-Christophe Bernardin.

Car le bio, c’est aussi un manque de volume et donc de rentabilité pour les viticulteurs. Ampelidae a posé les jalons et d’emblée misé sur l’excellence pour pallier ces contraintes. 10  M€ ont été investis ces dix dernières années dans un chai aujourd’hui à la pointe de la technologie pour contrôler les approvisionnements.

Marine Nauleau

Partenaire : Inovis asset management