Les drôles de lampes de Thierry Gonnin

Publié le 4 janvier 2018 | Entreprises

drôles de lampes

Dans son atelier des Deux-Sèvres, l’artisan habille des bouilloires et des cafetières de lumière.

S’il y a un chalet sur le marché de Noël à Poitiers qui étonne, c’est celui de Thierry Gonnin avec ses « Drôles de lampes ». L’artisan transforme des bouilloires et des cafetières en lampes décoratives. « Je fais ça pour mon plaisir. » Géomètre de formation, mais n’ayant jamais exercé, il obtient un master en infographie. Il crée une société de distribution de photographies, puis un laboratoire numérique sur Paris. Quittant la capitale, il s’intéressera ensuite au magnétisme. En 2008, il arrive en Poitou-Charentes, dans les Deux-Sèvres pour s’occuper de sa mère. Et depuis deux ans, il achète des cafetières et des bouilloires pour les transformer dans son atelier de Sauzé-Vaussais. « Sinon, elles partiraient à la déchetterie, je suis obligé de les sauver ! Ce sont de beaux objets, avec chacune leur histoire, tout le monde en a utilisé une. Elles ont un look, une forme. Elles font appel à l’imaginaire en nous projetant au Pays des Merveilles d’Alice, dans l’univers de Tim Burton … Elles attendaient simplement d’être mises en lumière. »

Derrière chaque objet, une histoire

De février à octobre, il écume ainsi les vide-greniers du Poitou-Charentes. « Cela me permet aussi de faire de jolies rencontres. » Il les décabosse, les ponce à la main, imagine un motif, un dessin et perce les trous à la main toujours. « Pour la lumière, je voulais quelque chose de spécial. J’ai choisi le cristal de Bohême. » Pour le trouver, il a fait un voyage en république Tchèque et s’approvisionne depuis directement sur place. « C’est un cristal teinté dans la masse, qui offre les mêmes couleurs qu’un vitrail de cathédrale. » L’ensemble donne un objet unique. « Il y a toutes les formes, toutes les couleurs. » Si elles ont été chinés en Poitou-Charentes, les bouilloires et les cafetières viennent de toute la France, voire des Etats-Unis, de la Chine. « Je suis un peu déçu du manque d’échanges sur ce marché, mais cela ne m’empêchera pas de continuer. J’ai de nouvelles idées pour 2018. Il y en a 300  qui attendent d’être transformées dans mon atelier … »

M. W.

Plus : page Facebook Drôles de lampes ou drolesdelampes@gmail.com.

Partenaire : Inovis asset management