FACE, des entreprises contre l’exclusion

Publié le 12 octobre 2017 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

Payant

face

Le club FACE (Fondation agir contre l’exclusion) Poitiers-Châtellerault prône l’engagement social et sociétal des entreprises dans la lutte contre toutes les formes d’exclusion, de discrimination et de pauvreté. Plusieurs actions sont déjà lancées, mais si l’association a des projets plein la tête, elle manque de bras.

Le club FACE est sorti de l’ombre le mois dernier à l’occasion du Top Réseaux 86 en remportant le prix du meilleur pitch. « C’est un club d’acteurs économiques (entreprises, associations, collectivités) qui s’engagent pour lutter contre toutes les formes d’exclusion et de discrimination, qu’elles soient liées au travail, à l’école ou au lieu d’habitation … », explique Renaud Francomme, président du club Poitiers-Châtellerault et directeur territorial GRDF Poitou-Charentes. L’association est rattachée à la Fondation Agir contre l’exclusion (créée en 1993 à l’initiative de 13 grands groupes et de Martine Aubry) qui compte une soixantaine de clubs d’entreprises. « Nous portons la charte de la Fondation, nous bénéficions de la force du réseau, tout en ayant notre autonomie. » Créé en octobre 2015, le club compte une trentaine de membres. « Mais, nous avons un manque : des bras pour monter les opérations. Aujourd’hui, nous identifions un besoin sur le territoire, nous montons une commission avec tous les partenaires et nous la mettons en place. Nous venons toujours en complémentarité de ce qu’il existe déjà. C’est pour porter les projets, apporter des compétences que nous avons besoin de chefs d’entreprise qui s’engagent, de salariés  … »

Des actions pour les jeunes

Malgré sa jeunesse, le club a déjà mis en place plusieurs actions. L’action « CV en vidéo » a permis a 9 jeunes de moins de 26 ans, sans emploi et sans parcours professionnel de travailler pendant une semaine sur leur CV, de le tourner et le monter, pour aboutir à 45 secondes rythmées et percutantes. « Trois mois plus tard, 7 d’entre eux ont trouvé un emploi ou une formation. » L’opération va être reconduite cette année pour 20 jeunes.

« Pour notre deuxième action, nous sommes partis du constat que si les parents n’avaient pas un bon réseau, les moyens de véhiculer leur enfant …, le stage de 3e était souvent pris par défaut et que ce premier contact avec l’entreprise n’était pas forcément bien vécu. Au contraire, il faut faire rêver ces jeunes. » Une application internet a donc été créée pour compiler les entreprises pouvant accueillir un stagiaire, avec une base géographique pour intégrer les solutions de mobilité. « Deux collèges pilotes à Poitiers et Châtellerault ont été retenus. Les élèves qui ne trouveront pas de stages vont être suivis par une personne en service civique pour les guider. » Si le test fonctionne, la démarche sera étendue à tous les collèges de la Vienne pour la rentrée 2018.

Dans les projets, le club FACE participe au projet national Civigaz, le service civique de la transition énergétique. « Il s’agit pour des jeunes en service civique, d’aller à la rencontre d’habitants en potentiel précarité énergétique et de les sensibiliser aux économies d’énergie, de les informer sur la sécurité, notamment par rapport au gaz. » Accompagnés dans leur parcours professionnel, neuf jeunes vont être recrutés et formés pour couvrir 2 300 logements jusqu’à fin mai.

« Nous avons des projets plein la tête, mais il nous faut des personnes pour les porter. » Le club s’intéresse aussi aux problématiques des sourds et malentendants face à l’emploi, au retour à l’emploi de personnes de 50  ans et plus, au recrutement de jeunes. « Nous sommes une association dynamique, composée de personnes d’horizons très divers, mais le projet nous réunit et nous fait travailler ensemble. C’est donner du sens à nos actions, s’investir au bénéfice de tous. »

M. W.

Partenaire : Inovis asset management