Future Factory, quand jouer accroît votre compétitivité

Publié le 11 octobre 2017 | Entreprises

future factory

C’est la promesse du serious game Future Factory : dispenser des formations et du conseil via un jeu vidéo. Un apprentissage 2.0 qui permettrait d’améliorer plus rapidement les performances par une acquisition plus instinctive des notions.

Julien Charles, créateur du jeu Future Factory, développé en Charente et qui sera commercialisé début 2018, en est convaincu : le jeu est la solution numérique pour former les PME aux principes du lean (améliorer productivité, qualité, délais et coûts). « Il y a des formations mais, pour les PME par exemple, ces dernières sont difficilement accessibles parce qu’il faut se déplacer parfois loin et sortir les gens de l’entreprise pour un temps donné, explique le créateur du serious game. Là, tout est amené dans un seul support qui est numérique. »

A cela s’ajoute les avantages de la gamification (ou ludification à la française) de l’apprentissage. « Pour des jeux de performance comme Sim city, cite Julien Charles, le joueur est le maire de la ville et il apprend déjà certains principes : que sans sécurité c’est le bazar et qu’il faut penser à l’évacuation des eaux, l’assainissement … Dans les entreprises, c’est pareil, mais on va plus loin en étant plus technique et avec un public plus ciblé. »

Comprendre mieux et plus vite

Apprendre par le jeu c’est aussi, explique t-il, apprendre par l’action, au lieu d’être passif et de boire les paroles d’un formateur, assis dans une salle. « Par l’action, on va apprendre parce qu’on va découvrir un problème et chercher la solution, seul ou en groupe et à son rythme. On diffuse via le jeu des notions théoriques. » Un travail qui permet au formateur de gagner du temps. « Pendant mes interventions de conseil je passe 30% de mon temps environ à répéter et faire comprendre. L’objectif, c’est de passer à l’action plus vite. Le premier frein au changement c’est l’humain : quand les gens ont compris, ça roule, car la technique c’est la partie la moins compliquée. »

Car le serious game Future Factory n’est rien d’autre qu’un logiciel d’apprentissage qui utilise les codes du jeu vidéo avec ses étoiles gagnées et ses rounds de jeu. Vous êtes responsable de la performance dans une usine de fabrication de drones et avez un temps limité pour accroître la production tout en améliorant la qualité de vos produits et le tout, évidemment, sans perdre d’argent. Dans un second temps, le jeu pourra être adapté à des modèles de métiers comme l’aéronautique, l’alimentaire ou les services et dans un troisième temps, un outil de simulation permettra même de créer sa propre ligne de production.

« L’idée n’est pas d’être un expert mais de donner envie, argumente Julien Charles, donner une base commune de discussion dans les petites entreprises, distiller un vocabulaire et « ouvrir leurs chakras » pour impulser quelque chose. Le but est d’aller tout de suite dans l’action car souvent il y a beaucoup d’audit mais sans suite parce que les entreprises ne savent pas par où commencer. Là, on enlève des barrières parce que c’est accessible tout de suite. Cela permet de se projeter sans prendre de risque. »

L. A.

Partenaire : Inovis asset management