Connect with us

Garantir un égal accès aux soins en Vienne

chu poitiers

Actualité

Garantir un égal accès aux soins en Vienne

Le monde médical s’harmonise pour garantir un égal accès aux soins. Suite à la loi de modernisation de la santé, des groupements hospitaliers de territoire doivent être constitués.

chu poitiers

Le monde médical s’harmonise pour garantir un égal accès aux soins. Suite à la loi de modernisation de la santé, des groupements hospitaliers de territoire doivent être constitués.

« L’objectif est d’aboutir à un projet médical commun et permettre la mutualisation de moyens par l’optimisation des sites, explique Alain Claeys, président du conseil d’administration du CHU de Poitiers. Nous avons commencé par la fusion avec le site de Lusignan. Ce travail a permis que sur un territoire de santé, l’hôpital de Lusignan puisse continuer d’exister et bénéficie de rénovations que seul il n’aurait pu assumer. » La même démarche a été engagée à Montmorillon. « Sur un bassin de vie, nous nous devons d’offrir les mêmes prestations qu’en ville. » L’hôpital de Montmorillon bénéficiera de 20 M€, pour la rénovation des urgences, les services de chirurgie et les blocs opératoires.

« Nous avons beaucoup avancé sur l’organisation au niveau du département. » Au 1er juillet, le groupement hospitalier de la Vienne sera constitué du CHU de Poitiers et ses antennes, du groupe hospitalier Nord-Vienne (Châtellerault, Loudun) et de 4 ehpad (Civray, Mirebeau, Chauvigny et Sèvres-Anxaumont) et le centre de soins de suite de La Roche-Posay. « Nous n’avons qu’un regret, qu’Henri Laborit ne souhaite pas rejoindre ce groupement. » « Chaque établissement reste indépendant, précise Jean-Pierre Dewitte, directeur du CHU. L’objectif est de définir un parcours et un suivi de soins partagés, d’appliquer les mêmes protocoles quelque soit le lieu de prise en charge, de garantir un égal accès aux soins. » Des travaux communs ont déjà commencé sur les urgences, la périnatalité. « Nous pourrions aussi recruter ensemble sur le métier de radiologue, créer des équipes communes. »

Le CHU s’intègre désormais à un nouveau territoire régional. Il va poursuivre son engagement au sein des hôpitaux universitaire du Grand Ouest et va adhérer à un groupement de coopération sur la recherche clinique du Sud-Ouest. « En terme d’équipements, le CHU est aujourd’hui bien doté, souligne Alain Claeys. Nous devons travailler à asseoir notre recherche, grâce à une logique de fédération, de renforcement (renouvellement des labelisations Inserm) et en ouvrant nos collaborations. Sur les postes, il nous faut conforter les effectifs hopitalo-universitaires (oncologues, dermatologues, urologues …). »

Mathilde Wojylac

Plus dans Actualité

En haut