Connect with us

Grand Poitiers a investi 56,3 M€ en 2019

piscine ganterie bassin nordique

Actualité

Grand Poitiers a investi 56,3 M€ en 2019

Pour son dernier conseil communautaire de la mandature, les représentants de Grand Poitiers ont voté les taux d’imposition et les comptes administratifs.

Pour son dernier conseil communautaire de la mandature, les représentants de Grand Poitiers se réunissaient sous un format inédit mêlant les nouveaux maires et les nouveaux élus communautaires, ainsi que les anciens des collectivités votant pour un second tour le 28 juin, mais aussi les vice-présidents du bureau même s’ils ont été remplacés au niveau municipal. 

Le président Alain Claeys a voulu s’adresser aux nouveaux élus issus du premier tour. « Il y a deux domaines où le conseil communautaire devra prêter attention. Le premier, ce sont les interventions économiques car le gros de la vague arrivera en septembre. Les mesures que nous avons prises l’ont été en concertation avec l’Etat et la Région pour arriver à une complémentarité des aides. Le choc est à venir, notamment au niveau de l’emploi. Il faudra également développer une politique de solidarité envers les plus démunis, mais également envers les territoires. Des attentes émergent du milieu rural. Concernant le bâtiment, la commande publique devra être un levier pour la reprise économique. Ce que les collectivités locales vont investir sur le territoire va être essentiel. » Il a également souhaité revenir sur le fonctionnement de la collectivité. « Grand Poitiers version 40 communes n’a pas été évident à mettre en place. L’aventure n’a pas été simple, mais ce que je retiens, c’est cet esprit communautaire qui a su se consolider. Chacun à notre place, nous avons trouvé le chemin pour travailler ensemble à travers le bureau, l’assemblée des maire ou encore le conseil. J’espère que cet esprit pourra perdurer. L’Etat devra demain se déconcentrer plus largement sur les territoires pour une action au plus proche du terrain et s’adapter plus finement aux situations. Il y aura une étape à franchir dans la décentralisation. Il faut un Etat fort qui exerce ses compétences régaliennes, mais avec des compétences élargies aux élus. Un retour d’expériences de cette crise sanitaire sera nécessaire, ne serait-ce que pour être prêt à y faire face si jamais un épisode de la sorte se reproduit. »

Un budget stable

Le conseil communautaire a ensuite voté les taux d’imposition des ménages et des entreprises. Tous sont maintenus. Ainsi, la taxe d’habitation est à 10,55 %. Les taxes sur le foncier bâti et non bâti s’élèvent à 1,29 % et 6,39 %. Le montant total perçu en 20219 issu de la fiscalité des ménages s’élève à 29,6 millions d’euros. Sur la contribution foncière des entreprises, le taux n’évolue pas et reste à 26,01 % pour des recettes se montant à 33,3 M€. Avec les différentes taxes, le montant global des recettes fiscales de Grand Poitiers est de 66,3 M€. Les dotations de l’Etat sont en légère hausse à 23,4  M€, avec +2,5 % par rapport à 2018. Le total des recettes est donc de 95,7 M€ en 2019. 

Les dépenses réelles sont de 231  M€ pour le budget principal. Grand Poitiers respecte le cadre fixé par l’Etat avec une évolution d’1,1  %. Les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 88,4 M€, un peu plus de la moitié étant consacrées à la voirie et l’éclairage public. L’investissement est de 39,5 M€ sur le budget principal (56,3 M€ tous budgets confondus). « Et il est supérieur à 2018 de 7 millions d’euros », s’est félicité Claude Eidelstein, vice-président en charge des finances. 

Parmi les autres chiffres, l’épargne brute est de 7,3 M€. L’encours de la dette du budget principal est à 131,9  M€ avec un taux moyen de 1,35 %, inférieur à la moyenne de la strate de 2,17 %. 

Continue Reading
Advertisement
Vous aimerez aussi

Plus dans Actualité

En haut