Grand Poitiers : oui à l’aéroport, non au low cost

Publié le 11 octobre 2019 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

Payant

aéroport poitiers

Le conseil communautaire de Grand Poitiers a entériné, vendredi 4 octobre, le principe de ne plus financer les lignes commerciales low cost de l’aéroport Poitiers-Biard. « Je m’en tiendrais aux faits, Grand Poitiers estime qu’aucune raison économique, sociale ou environnementale ne justifie plus de continuer à financer ces lignes aériennes, a expliqué Alain Claeys, président de la communauté urbaine. Cette décision s’inscrit dans une stratégie globale de mobilités au service des habitants et des entreprises du territoire. »

Il est ainsi revenu sur les raisons de ce choix. « Depuis 10 ans, des moyens de déplacements collectifs et individuels complémentaires ont été mis en place pour s’adapter aux besoins des usagers. » Alain Claeys a rappelé le choix de la collectivité de participer au financement de la ligne à grande vitesse Paris-Tours-Bordeaux, tout en maintenant une gare multimodale en centre-ville de Poitiers. « L’agglomération est très bien desservie par le rail aujourd’hui », estime-t-il et de souligner les connexions avec Paris, Bordeaux, Lille, mais aussi via ces nœuds, la possibilité de poursuivre vers le reste de l’Europe ou encore avec l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle d’aller à l’international. « A l’exception de la vallée du Rhône et ainsi du sud-est de la France. C’est pour cela que nous continuerons à financer la ligne La Rochelle-Poitiers-Lyon, car derrière, il y a un sujet d’aménagement du territoire. »

Pour autant si Grand Poitiers arrête de financer les lignes aériennes commerciales, la collectivité continuera à abonder à son fonctionnement. « L’aéroport est indispensable à notre territoire, il a des fonctions de centralité importantes : pour les greffes au CHU, la sécurité publique … Pour autant, est-ce qu’il y a nécessité que le contribuable poitevin finance ces lignes low cost, alors que le territoire est bien desservi ? Nous sommes cohérents dans notre démarche. Ces lignes peuvent être équilibrées et atterrir à Poitiers sans être subventionnées. »

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management