Grzeczka a séduit le public au salon de l’agriculture

Publié le 23 avril 2019 | Entreprises / Une

Grzeczka

Grzeczka, c’est la première vodka réalisée en Gâtine dans les Deux-Sèvres, issue de l’exploitation céréalières de Louis et Marguerite, ses grands-Parents, Thomas Vergnaud se lance dans les spiritueux pour le plaisir de transcender les vertus de la terre jusqu’au verre.

A l’origine, rien ne prédestinait Thomas Vergnaud à reprendre l’exploitation familiale à la Chappelle-Thireuil en Gâtine. Fils d’un agriculteur, mais d’une maman fonctionnaire, Thomas et sa sœur Karine ont plutôt suivi de grandes études. Elle choisit le droit, lui, la psychologie, pour finalement créer une agence,Travallae à Poitiers, vouée à l’accompagnement des personnes dans leur reconversion professionnelle.

Ses plans ne se déroulent pas comme prévu. « Mon père a souhaité prendre sa retraite plus tôt, mais, mes cousins, potentiels repreneurs n’étaient pas prêts. Ne souhaitant pas voir partir l’exploitation familiale partir dans les mains d’inconnus, nous avons décidé de la reprendre avec ma sœur. » Thomas Vergnaud s’ajoute une nouvelle casquette d’exploitant céréalier, mais la simple idée de récolter ne lui suffisait pas, il avait envie de sublimer ce que la terre lui offrait. « J’ai commencé par faire de la bière en 2001, la Louis et Marguerite, très rapidement nous avons rencontré un  bel accueil en local. Les personnes venaient sur l’exploitation pour tester et acheter le produit. » Fort du constat que son produit plaît, Thomas Vergnaud se lance le défi de créer une marque de spiritueux dans les Deux-Sèvres. Alors, en plus de ses activités professionnelles, il se forme à Nancy pour la bière, à Cognac pour les spiritueux et même en Ecosse pour le whisky.

De la terre au verre

Orge, blé, épeautre, avoine, sur ses 140 hectares, Thomas Vergnaud dispose d’une importante surface de production, juste à côté, il a transformé une grange en laboratoire où il a installé des cuves et un alambic à repasse, ou “pot still”.

La première année, il a produit plus de 70 bouteilles, sous le nom charmant de Grzeczka, prénom de sa femme d’origine polonaise. « Notre or, nous permet de réaliser un produit d’une grande qualité avec zéro produit chimique. C’est une vodka bio dont l’avoine donne  un petit côté épicé. » Présentée aux cercles d’amis et aux consommateurs de leur bière, la vodka  Grzeczka connaît un succès immédiat. « L’an passé, nous avons rejoint le réseau “Bienvenue à la ferme” et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés en février au salon international de l’agriculture à Paris. » La soixantaine de bouteilles exposée est partie en fumée ! Les visiteurs du salon ont particulièrement apprécié, encore plus ceux venant du Poitou. « Le consommateur est attaché au local, nous avons un produit 100  % fermier qui vient de chez nous. C’est un gage de confiance. »

De la confiance Thomas Vergnaud en a, il souhaite poursuivre la valorisation des produits de la terre jusqu’au verre en proposant prochainement du whisky et du gin. Les amateurs trépignent d’impatience.

Lydia De Abreu

Partenaire : Inovis asset management