Haut de gamme et innovation pour le groupe Reval

Publié le 13 mars 2017 | Entreprises

Payant

reval

Le spécialiste d’équipements de soins dédiés à la rééducation, l’hygiène, au bien-être et au transfert de personnes à mobilité réduite ou dépendantes veut se recentrer en Charente-Maritime d’ici 5 ans.

Le groupe Reval ne fait pas de bruit, pourtant il est une entreprise de taille importante en Charente-Maritime (sur un département qui compte 97  % de TPE/PME). Installée à Sainte-Soulle depuis 2006 — il était auparavant à La Rochelle —, entre La Rochelle et les Deux-Sèvres, la société Reval, spécialisée dans les systèmes d’hygiène pour personnes à mobilité réduite, compte déjà une soixantaine de salariés, en comprenant les techniciens et commerciaux itinérants. Il faudra bientôt rajouter la trentaine d’employés de R2P, experte dans la fabrication de cuves et piscines en polyester. « D’ici 5 ans, nous voulons la rapatrier de Vendôme (Loir-et-Cher) à Sainte-Soulle, explique Alexandre Bonnat, directeur des achats et de la production. Les pièces sont fabriquées là-bas et assemblées ici. D’un point de vue industriel, il est plus cohérent de tout réunir. Pour cela, il faudra agrandir nos locaux. » En revanche, bien sûr, la dizaine de salariés de la filiale du groupe basée en Angleterre, Reval Continuing Care, restera outre Manche.

Innovation

Inscrite dans le secteur du haut-de-gamme des systèmes d’hygiène pour personnes à mobilité réduite, personnes âgées ou en situation de handicap (baignoire à hauteur variable, baignoire pour grands brûlés, douche au lit, lève-personne …), le groupe Reval invente régulièrement de nouveaux appareils avec comme ligne qu’ils soient faciles d’utilisation et ergonomiques pour les soignants. La commercialisation du dernier en date, le chariot de douche convertible en chaise, a commencé récemment. « C’est la dernière idée de notre PDG, Bruno Harguindeguy, dévoile Pierre-André Petit, directeur commercial et neveu du fondateur de Reval, Claude, en 1976. Bruno était employé au tout début de la société et a occupé plusieurs postes avant de la reprendre il y a 4 ans. C’est un inventeur », salue t-il.

Grâce à cela, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros, dont 60  % en France et en Europe et 40  % en Asie, au Moyen-Orient, au Royaume-uni et au Canada. Comme quoi, « être un industriel et produire en France en 2017, c’est possible  ! », affirme Alexandre Bonnat.

O. G.

Partenaire : Inovis asset management