Connect with us

HCM Systrel en plein renouveau

systrel

Entreprises

HCM Systrel en plein renouveau

Un avenir radieux s’ouvre devant HCM Systrel, installée à Périgny. Spécialisée dans la sous-traitance en microélectronique, elle entend devenir fournisseur de solutions.

systrel

Un avenir radieux s’ouvre devant HCM Systrel, installée à Périgny. Spécialisée dans la sous-traitance en microélectronique, elle entend devenir fournisseur de solutions.

« Nous voulons dépasser le stade du sous-traitant et devenir un fournisseur de solutions technologiques, c’est-à-dire un véritable partenaire. » Jean Guilbaud, directeur d’HCM Systrel, mesure parfaitement l’opportunité que représente la spécialité dans laquelle la société n’a quasiment pas de concurrent en France. « Nous ne produisons plus de simples composants. Nous sommes capables de réaliser des Multi-chip modules, des objets hybrides qui sont des mix de technologies. Ce marché est en forte croissance. Toutes les industries, aéronautique, automobile, médical, spatial …, vont y faire appel. Elles y font déjà appel. Or ce sont des choses compliquées, hétérogènes, à produire en petites quantités et à prix abordables. Il n’y a qu’HCM pour le faire. Les grandes entreprises comme Thalès ou Safran ne peuvent pas s’y engager. »

Aides d’État

Malgré qu’HCM et ses 70 salariés (dont 46 à Périgny, 17 aux Ulis, Essonne, et quelques uns à Bordeaux, où est installé le siège de la maison mère, Serma Group) réalisent un chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros, ces micro-modules combinant différents systèmes intégrés dans un seul petit boîtier ont cependant nécessité le recours aux aides d’État pour la réindustrialisation des territoires afin de soutenir ses investissements. Car ce marché passe par une robotisation accrue de la production pour gagner en compétitivité. Cependant une quinzaine d’embauches sur trois ans est également programmée. Un rebond de première importance après une année 2015 marquée par la perte d’un client majeur dans le secteur du médical, qui a entraîné le recours au chômage partiel et une perte de chiffre d’affaires de 40 %. Ce renouveau a sans doute pesé dans la décision du secrétaire d’État chargé de l’industrie, Christophe Sirugue, qui est venu visiter l’entreprise le 30 janvier dernier, pour rappeler que « l’industrie a toujours de l’avenir en France ».

O. G.

systrel

Continue Reading

Plus dans Entreprises

En haut