Intérim : Aboutir Emploi rachète Transparence

Publié le 18 avril 2017 | Entreprises

aboutir emploi

Jean-Marc Boutineau a créé Aboutir Emploi en 2005. Avec l’aide de Bpifrance, il a racheté Transparence le 27 février à son ancien collègue, Guy Mocquillon.

« Le secteur de l’intérim se porte bien, assure Jean-Marc Boutineau. En janvier dernier, Transparence a réalisé une croissance de 30 % par rapport à janvier 2016. Et plus généralement, le marché de l’intérim a augmenté de 7  % en 2016. C’est d’ailleurs un très bon indicateur de reprise à venir, car l’intérim est toujours le premier secteur touché par une crise économique et le premier à repartir. » Cette perspective a joué dans son choix de racheter Transparence, mais aussi dans celui de Bpifrance de le suivre.

Future agence à Niort

Transparence comprend quatre agences, toutes installées en Vendée, à La-Roche-sur-Yon, Challans, Les-Herbiers et Boufféré, près de Montaigu. L’entreprise d’intérim évolue surtout dans le secteur de l’industrie (fabrication de béton, nautisme, pharmaceutique, automobile) et de l’agroalimentaire, mais aussi dans le bâtiment, le transport et la logistique. Elle sera en partie complémentaire d’Aboutir Emploi, qui ne compte qu’une seule agence au delà de la Sèvre niortaise, à Sainte-Hermine. Les quatre autres sont réparties dans l’ancien Poitou-Charentes, à La  Rochelle, Rochefort, Cognac et Poitiers. Le groupe a réalisé 9  millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016 (avec Transparence, il atteindra 23 M€ de CA), en progression de +138 % en trois ans. Comme Transparence, Aboutir Emploi évolue dans le secteur de l’industrie (médicale notamment), mais aussi dans l’aéronautique, la fonderie et le nautisme. Forte de cette expérience, l’entreprise a placé près de 175 collaborateurs en 2016. Jean-Marc Boutineau n’a pas l’intention de licencier après la fusion-acquisition de Transparence, bien au contraire. En juin, il ouvrira une sixième agence, à Niort.

Passionné et humaniste

Passionné par son métier et humaniste dans l’âme, Jean-Marc Boutineau a une belle conception de l’intérim. « Nous sommes là pour trouver des solutions, faire se rencontrer les gens et les aider, affirme le quinquagénaire, choqué par la déshumanisation de sa profession et la perte de proximité. Même si nous n’avons pas de poste pour une personne, nous pouvons au moins l’accueillir et le conseiller. » Fils de menuisier, ce tourangeau d’origine a d’abord suivi les traces de son père avant de continuer dans la vente de cuisines aménagées et de salle de bain à Paris, dans les années 80, tout en suivant des cours du soir à l’école Boule (plus tard il a passé un DESS de marketing au CNAM). A cette époque, il a pris conscience que « les patrons ne savaient pas formuler leurs demandes et la main d’œuvre ne savait pas se vendre alors que moi, j’arrivais à comprendre les deux. » Il avait trouvé sa voie. Il a connu plusieurs expériences au sein de différents poids lourds de l’intérim. Au passage, ce fou de sport a décroché deux fois la troisième place aux championnats de France corporatif de judo avant de s’envoler aux Canaries puis aux États-Unis. A son retour, à La  Rochelle, il a fait la rencontre de Guy Mocquillon chez Védior, avec qui il s’est bien entendu. Mais il a néanmoins fallu le soutien actif de Bpifrance pour que le rachat de son confrère se réalise.

O. G.

Partenaire : Inovis asset management