Isabelle Barreau : l’engagement comme ligne de conduite

Publié le 27 juillet 2018 | Actualité / Portrait

Payant

isabelle barreau

Isabelle Barreau fait partie de cette génération d’élues discrètes, mais engagées depuis plus de 20  ans dans la vie politique locale. D’abord à l’échelle municipale, puis communautaire et ensuite départementale, l’élue est une femme passionnée et animée par l’envie d’agir.

Bonneuil-Matours, c’est sa ville, c’est sa vie. Isabelle Barreau y a toujours trainé ses guêtres. Son papa tenait une minoterie, elle y passait tout son temps libre. Douée en mathématiques, elle a orienté ses études dans ce sens, mais les circonstances en ont décidé autrement. « Alors que j’avais 19/20 toute l’année, j’ai été recalée au bac ! Mon option boîte de nuit a dû me porter préjudice », révèle-t-elle avec un petit sourire malicieux.

Pas déstabilisée par la surprise, elle décide de rejoindre son père au moulin et de lui venir en aide. Malheureusement, le soudain décès de sa maman, la propulse aux commandes de l’entreprise. « Mon papa et mon beau frère s’occupaient de la production et moi de la gestion, mais la situation était difficile, nous étions des minotiers résistants. Dans les années 90, nous avons dû fermer l’entreprise, mais papa avait déjà un autre projet. Il savait qu’il pouvait réexploiter le barrage et a imaginé une centrale électrique ! »

Productrice d’énergie naturelle

Ainsi Isabelle Barreau se retrouve à la tête d’une nouvelle activité atypique, qu’elle dirige toujours. « Je suis toujours émerveillée par l’idée de faire de l’électricité avec la nature. » En parallèle, elle s’investit dans la vie locale et notamment avec l’association des parents d’élèves. En 2001, le maire de l’époque, Jean-Luc Mathieu, vient la chercher pour être sur sa liste. Elle refuse. « Mais, comble du comble, la tête de liste n’est pas élue. Et on vient me chercher pour être le nouveau candidat. Mon ex-mari n’était pas très enchanté, certains moquaient cette idée, j’ai entendu : « Une bonne-femme, n’importe quoi ! », mais finalement j’ai accepté le challenge et j’ai été élue en 2001. » Assidue et studieuse, elle prend son rôle à cœur. « Ça a été une période très enrichissante, j’apprenais tous les jours et encore aujourd’hui ! Je vois le monde, ma commune, sous un autre regard, je me passionne pour mon nouvel engagement et pour me libérer du temps, en 2005, la centrale électrique a été mécanisée. »

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management