Connect with us

Isabelle Soulard, la plume des femmes

soulard

Actualité

Isabelle Soulard, la plume des femmes

Elle porte désormais l’habit d’élue, mais Isabelle Soulard est une femme engagée depuis de nombreuses années. Passionnée par l’histoire et la géographie, elle tend la main et partage ses connaissances à travers ses livres ; son prochain combat : l’égalité femme-homme dans la vie locale.

soulard

Elle porte désormais l’habit d’élue, mais Isabelle Soulard est une femme engagée depuis de nombreuses années. Passionnée par l’histoire et la géographie, elle tend la main et partage ses connaissances à travers ses livres ; son prochain combat : l’égalité femme-homme dans la vie locale.

Son calme et sa sagesse sont apaisants, son sourire réconfortant. Femme active et engagée, Isabelle Soulard mène plusieurs combats à la fois mais avec classe et efficacité. Alors qu’elle vient de finir un bouquin intitulé “Poitiers, raconté aux enfants” chez Petit Geste, elle planche sur la charte égalité femme-homme dans la vie locale en compagnie de Rose-Marie Bertaud et Sybil Préciaux. « Certes, je suis dans l’opposition mais le quotidien des femmes dépasse les clivages politiques. Notre objectif sera de réduire les inégalités en mettant en place des mesures et de l’information. » Chiffres à l’appui, elle rappelle avec amertume qu’ils existent 10  000  femmes cadres contre 15  000  hommes, qu’elles sont 47 000 à être employées contre 14 000 hommes, et, malgré la hausse, elles ne sont que 2  500  femmes à être chefs d’entreprise contre 7.000 hommes. « Notre souhait est de diminuer le stéréotype de genre dans la vie de tous les jours et dès l’école. A partir de  janvier, nous allons nous entourer de différentes compétences et symboliquement, le 8 mars, nous allons faire signer cette charte au président Bruno Belin. Dès le lendemain, nous nous mettrons au travail. »

De professeur à écrivain

Transmettre a toujours été le leitmotiv d’Isabelle Soulard. Passionnée d’histoire et de géographie, « j’aimais écouter les histoires de mon grand-père et grand-oncle qui me racontaient leurs croisières, l’une blanche en Afrique et l’autre jaune en Asie. Ils m’ont ouvert les yeux sur d’autres continents et c’est ainsi qu’ils ont éveillé mon affection pour l’humanitaire notamment en Amérique Latine. » Son Capes en poche, elle choisit Poitiers comme premier établissement et rejoint le collège Henri IV où elle y rencontrera son futur mari. L’année suivante, elle est envoyée à Chantilly puis à Anet près de Dreux. « C’était le début du FN, le fief de Stirbois. Ils se réunissaient dans le café en face de chez moi, ces réunions ont renforcé mes convictions. » Lasse d’être éloignée de ses terres et de son amoureux, elle met un terme à sa carrière de professeur pour construire sa famille. Elle a 27 ans, mais ne se contente pas de pouponner, elle veut continuer à partager, alors elle se met à l’écriture. L’histoire et les femmes sont ses sujets de prédilections, elle a rédigé une dizaine d’ouvrages dont “Les Femmes de l’Ouest sous l’Occupation”, “Les Femmes du Poitou au Moyen-Âge” écrit le texte sur Elisabeth Morin-Chartier dans “Les Femmes de la Vienne”. « C’est une femme que j’apprécie, qui se bat pour l’Europe , les travailleurs détachés et toujours les femmes. Elle agit avec ferveur et passion. » Finalement, un peu comme elle, mais à une échelle différente. Et comme Isabelle Soulard est une femme plein de ressources, elle réfléchit actuellement sur un projet touristique pour l’agence d’attractivité de la Vienne.

Lydia De Abreu

Continue Reading

More in Actualité

En haut