Connect with us

J.-B. Lassale transmet son expérience

Actualité

J.-B. Lassale transmet son expérience

Développeur de boutiques de prêt-à-porter sur Poitiers, Jean-Bernard Lassale souhaite mettre son expérience au service de la CCI et des entreprises.

Bernard LassaleW

Développeur de boutiques de prêt-à-porter sur Poitiers, Jean-Bernard Lassale souhaite mettre son expérience au service de la CCI et des entreprises.

S’il a commencé en bas de l’échelle, discrètement, Jean-Bernard Lassale est aujourd’hui à la tête de cinq magasins de prêt-à-porter hommes et femmes sur Poitiers. En centre-ville, il possède les boutiques Havane, Lacoste et Napapijri, sur la zone de la République, il a développé la marque Penaud Frères en séparant le grand public, des vêtements pour les professionnels.

Pourtant, Jean-Bernard Lassale a commencé comme technicien dans l’industrie. Il a ainsi exercé pendant 15 ans à la Snecma. Son basculement vers le commerce, il l’opère en 1981, en ouvrant une première boutique sur Chauvigny, avec son épouse. « Je n’ai toujours eu que des enseignes de prêt-à-porter masculin ou féminin. »

En 1989, il devient commerçant à plein temps. « Cela m’a permis de voir les deux côtés d’une vie professionnelle, d’abord comme salarié puis en tant que dirigeant. » A chaque boutique, c’est un nouveau challenge. Pour Havane, de 35 m2, l’espace s’étend désormais sur 320 m2. En rachetant Penaud Frères, il y a 6 ans, il a fait évoluer l’enseigne en séparant l’activité en deux magasins. Son fils et sa belle-fille sont venus le rejoindre dans cette aventure, « pour continuer à développer nos magasins et puis je pourrais passer le relais plus sereinement. C’est une chance d’avoir mon fils à mes côtés. » Même si la gestion commerciale occupe la majorité de son temps, il se réserve le samedi pour aller dans ses magasins, au contact des clients.

Impliqué dans la vie de ses commerces, il est l’un des membres fondateurs de la Fae (l’ancienne association des commerçants, devenue Poitiers le Centre). Il rejoint la chambre de commerce et d’industrie en 1995 et occupe le poste de vice-président en charge du commerce, dans l’équipe d’Alain Debuschère (de 2002 à 2010). Il est alors démarché par Françoise Villain et Jean-Pierre Raffarin pour rejoindre la liste d’Elisabeth Morin-Chartier, se présentant pour la mairie de Poitiers. Il deviendra conseiller municipal de Poitiers, dans l’opposition, de 2002 à 2008. « Ça a été une expérience très formatrice. Si de l’extérieur, je pouvais parfois avoir un regard critique, en le vivant de l’intérieur, c’était très différent. J’ai participé aux commissions, vu comment un budget était élaboré, compris la comptabilité publique. »

Echanger et conseiller

Dans l’équipe de Philippe Chartier, il est devenu vice-président, suppléant du président à la CCI Poitou-Charentes et à la CCI France. Il est également le trésorier de la CCIR. Il participe à la création de la nouvelle CCI Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. « Les 14 CCI travaillent déjà ensemble. L’enjeu pour la Vienne est de garder le maximum de savoir-faire, de compétences en local pour pouvoir exister. » Dans cette nouvelle organisation, Jean-Bernard Lassale a décidé de s’engager en étant candidat à la candidature pour la CCI de la Vienne. « Je souhaite mettre mon expérience au service des entreprises, continuer les actions engagées pour encore plus de rapprochement avec les entreprises. Avec la maison de la formation, il faut en tout cas continuer à promouvoir l’apprentissage car ce sont les employés de demain, mais aussi les dirigeants de demain. » Ces différents mandats lui permettent d’être au contact des autres chefs d’entreprise. « C’est intéressant de confronter nos expériences, de pouvoir échanger sur des thématiques communes. Car que l’on vienne du secteur commercial, industriel ou tertiaire, nous vivons les mêmes problématiques. » Il est également depuis longtemps conseiller au Prud’hommes. Le livre rouge du code du travail n’est jamais bien loin dans son bureau. « Certains dirigeants me sollicitent sur ces sujets. Mon rôle est alors de les aider à ne pas commettre d’erreur. »

M. W.

Plus dans Actualité

En haut