Connect with us

L’Adie, l’entrepreneuriat pour tous

adie poitiers

Actualité

L’Adie, l’entrepreneuriat pour tous

L’Adie, Association pour le droit à l’initiative économique, organise des formations, mais aussi des rencontres pour informer sur la création d’entreprise et aller à la rencontre de futurs entrepreneurs.

C’est une évidence, 2020 est une année compliquée et incertaine pour les entrepreneurs. Pour autant, pour accompagner au mieux ceux qui souhaitent se lancer, l’Adie organise régulièrement des  rencontres, notamment dans les nouveaux locaux de l’association place de Bretagne à Poitiers. Des webconférences sont également disponibles gratuitement sur la chaîne Youtube de l’Adie pour aborder des thèmes d’actualité, des points de méthodologie ou approfondir un sujet. 

Révéler les talents

« Les personnes qui viennent nous voir et que nous aidons sont, avant tout, exclues des crédits bancaires classiques, explique Hicham Bouarfa, directeur territorial de l’Adie Poitou maritime. Nous luttons contre ce gâchis de talents, nous prônons le droit à l’initiative, nous les soutenons dans leur idée et nous leur donnons les moyens de réaliser leur projet.  »

Intégrée dans le dispositif “Entreprendre, la Région à vos côtés”, mis en place par la Nouvelle-Aquitaine, l’association est là pour accueillir, informer, accompagner et suivre toute personne désireuse de créer son entreprise. « Nous nous adressons à tous les profils, tous les âges, quelque soit le niveau scolaire ou les revenus des personnes. » Ainsi, tout un chacun peut pousser les portes d’une permanence pour un financement, un conseil, une formation ou un accompagnement. 

Si les ateliers de sensibilisation sont une première porte d’entrée, la personne peut ensuite bénéficier de conseils personnalisés. « Nous avons, en amont, des solutions pour permettre à la personne de construire son projet. Ainsi, nous nous appuyons sur des bénévoles formés (retraités de la banque, du management, anciens chefs d’entreprise  …) pour coacher le porteur de projet. Ce tutorat peut se prolonger après la création si l’entrepreneur en ressent le besoin, pour ne pas le laisser seul. »

Le cycle “Je deviens entrepreneur” permet d’approfondir une idée et d’obtenir une certification professionnelle. En cinq semaines, cette formation balaye les grandes étapes pour devenir chef d’entreprise  : définition de la stratégie commerciale, construction des prévisions financières, choix du statut juridique … « Le jury final — avec des partenaires — permet de porter un regard extérieur, mais toujours constructif sur le projet. La formation permet ou non de valider les choses. » Ainsi, 50 % des porteurs réalisent leur projet dans les mois qui suivent ce cycle.

Des financements adaptés

Le porteur peut accéder à un prêt professionnel jusqu’à 10 000 euros pour financer tous types de besoins liés à la création de sa société, quelque soit son activité ou son implantation — aussi bien en milieu rural que dans un quartier relevant de la politique de la ville. Un prêt d’honneur jusqu’à 3  000  €(prêt personnel à taux zéro et sans garantie personnelle) peut également être accordé pour compléter le financement d’un projet. L’Adie travaille également avec la plateforme J’adopte un projet pour permettre au porteur de renforcer l’apport initial. 

Le prêt professionnel peut également être mobilisé pour le développement de l’entreprise. « Des créateurs reviennent nous voir quelques années plus tard pour agrandir leur société, acheter du matériel spécifique … Nous suivons ainsi leur évolution. Nous avons de bons taux de réussite  : les deux tiers continuent d’exercer leur activité après trois ans et ceux qui ont arrêté ont bien rebondi (nouvelle formation, CDI …). La confiance qu’ils ont acquise durant leur parcours à l’Adie reste, souligne Hicham Bouarfa. Par rapport aux années précédentes, nous sommes sur le même nombre de dossiers traités. Mais depuis la crise, nous avons plus d’entrepreneurs qui viennent à nouveau nous solliciter pour consolider ou renouveler leur prêt. La reprise est timide. Ceux qui veulent créer le font, mais les chiffres d’affaires et les prévisionnels ont été revus à la baisse par rapport aux années précédentes. »  Un constat positif malgré tout  : de plus en plus d’entrepreneurs accompagnés arrivent à vivre de leur activité. «  C’est avant tout un coup de pouce pour se lancer. C’est donner sa chance à chacun. Tous, nous avons le droit d’entreprendre.  »

Plus : www.adie.org.

Continue Reading
Advertisement
Vous aimerez aussi

Plus dans Actualité

En haut