L’aéroport de Poitiers Biard divise

Publié le 6 juin 2016 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

Aeroport - 1

Utile ? Pas utile ? L’aéroport de Poitiers-Biard divise, opposants et partisans font entendre leur voix. La semaine dernière Bruno Belin, président du syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard (Département de la Vienne, Grand Poitiers et la chambre de commerce et d’industrie) s’est rendu à Biarritz pour être auditionné par le Conseil supérieur de l’aviation qui souhaite réduire le nombre d’aéroports en France.

Convaincu de l’intérêt économique de l’aéroport de Poitiers-Biard, le syndicat mixte a réalisé une vidéo de promotion sur l’outil. Elus et chefs d’entreprise ne tarissent pas d’éloges à son sujet. Pour le sénateur Jean-Pierre Raffarin : « Hormis le fait qu’il soit utilisé par de nombreux Anglais installés en sud-Vienne, un aéroport, c’est une adresse, ça libère de l’intelligence. » Alain Claeys, le député-maire de Poitiers rappelle que la ville accueille 4 000 étudiants étrangers. Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope, précise que 10 % des visiteurs du parc proviennent d’une clientèle étrangère et les 2/3 viennent d’un rayon de 300 km. Pour le CHU, l’aéroport est surtout un gain de temps vital : « Un cœur a 4 heures pour être transplanté ». Pour certaines entreprises, ce gain de temps est aussi très précieux. Sylvain Accorsini, Pdg de Mecafi à Châtellerault compte deux unités en Italie, à Bologne et en Pologne : « J’ai besoin de pouvoir me déplacer rapidement. » Idem pour Jean-Philippe Merit, directeur d’Inter Mutuelles Assistance à Niort qui possède sept filiales à l’international, six en Europe et une au Maroc : « De Niort, si je dois me rendre à Roissy, le train me fait perdre une journée de travail. L’aéroport de Poitiers est un outil de simplicité, d’efficacité et d’efficience de nos déplacements au service de l’entreprise. »

Rail ou air, les deux font la paire

Cette opinion, n’est pas vraiment partagée par Olivier Colin, dirigeant d’Alienor Consultant et de The Bridge, une société spécialisée dans l’accompagnement des entreprises outre-Atlantique : « Il existe un TGV direct pour Roissy et bientôt Bordeaux sera à une heure. Pour moi, l’aéroport n’est pas essentiel. » Propos appuyés par Jannick Gautier, chargé d’affaires chez Euroslot à Scorbé-Clairvaux. « L’aéroport permet peu de connections avec Paris qui reste incontournable pour mes déplacements à l’étranger. Lyon permet des connections avec l’Europe, mais elles ne me concernent pas. » Ces avis confortent les propos de Xavier Moinier, ancien conseiller départemental qui invite les élus locaux à préférer le train. Dans un communiqué, il critique l’infrastructure « largement subventionnée par l’Etat, les collectivités et nos impôts qui permet à des compagnies aériennes privées de bénéficier d’aides publiques pour arrondir leurs profits ». Ce communiqué a déclenché la colère d’Elisabeth Morin-Chartier, députée européenne : « C’est affligeant de voir un candidat aux législatives taper sur un équipement indispensable. Acheter les voix des Verts ne justifie pas de dire de telles énormités. L’aéroport de Poitiers-Biard est une porte pour l’emploi, il permet de relier le sud-ouest à l’Europe. » Le sud-ouest ne manque pas d’aéroports, autour de Poitiers, Tours a enregistré 187 531 passagers (+1,9 %) entre 2014-2015, La Rochelle, 216 970 passagers (+2,2 %) et Limoges, 292 607 passagers (+0,6 %). A côté, Poitiers fait figure de petit Poucet avec ses 122 947 passagers, mais enregistre néanmoins une progression de fréquentation de 12,2 %. Utile ? Pas utile ? Les auditions ont lieu jusqu’en octobre, la décision suivra.

Lydia De Abreu

 

 

Partenaire : Inovis asset management