L’avenir de l’Hermione et Rochefort se dessine

Publié le 3 mai 2018 | Actualité / en Poitou-Charentes

Payant

hermione

Tandis que l’Hermione croise en Méditerranée, son avenir économique se dessine, comme la transformation touristique de son port d’attache de Rochefort et de l’agglomération qui l’entoure. « Je peux vous l’annoncer, affirme le délégué général de l’association Hermione-La Fayette, Bertrand Sallé de Chou. Après le 17 juin et le retour de l’Hermione, on fera une communication commune avec la mairie, la communauté d’agglomération de Rochefort (CARO) sur l’offre touristique et le plan d’investissement autour de l’Hermione. »

Visites en baisse

Depuis son voyage inaugural aux États-Unis en 2015, l’Hermione n’attire plus autant. « Un bateau en construction, le public vient le voir et le revoir. Nous avons eu en moyenne 220 à 230 000 visiteurs par an pendant une quinzaine d’années, rappelle Bertrand Sallé de Chou. Depuis 2016, Nous avons fait -10  % par an. Or notre point mort financier s’établit à 220  000 visiteurs. Il nous faut un nouveau modèle économique pour le maintenir en état. » Pour cela, « l’Hermione doit naviguer plus pour aller au devant des masses de touristes ».

Le maire de Rochefort, Hervé Blanché partage ce point de vue. « Il faut de l’investissement et un renouveau au niveau de l’arsenal pour qu’il vive même quand l’Hermione n’est pas là. » Ce point de vue fait consensus auprès des partenaires financiers, la Région Nouvelle-Aquitaine et le Département de Charente-Maritime, qui veut « transcender le passé pour animer le site, pour les touristes comme les locaux ».

Nouvel arsenal, label Grand site

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management