Le lab Eno en pleine ébullition

Publié le 8 novembre 2018 | Actualité / en Poitou-Charentes

lab eno

Eno est l’une des rares entreprises à proposer un fab lab en mettant à disposition ses propres machines. Cette nouvelle structure décolle peu à peu et espère essaimer.

Inauguré le 6 avril dernier, le fab lab d’Eno, entreprise niortaise spécialisée dans les appareils de cuisson et notamment la plancha, poursuit sa mue. Les dirigeants de l’entreprise ont même racheté une maison mitoyenne pour y installer ce « laboratoire de fabrication » (traduction du terme anglais fabrication laboratory). « C’est une association qui va gérer ce fab lab », précise Lorine Colas, chargée des relations extérieures et de la communication digitale de l’entreprise. Elle s’appelle « la Bouillonneuse », en référence au travail de l’émail, mais aussi du savoir qui bouillonne dans la tête des adhérents.

Mettre en place un fab lab, c’est initialement l’idée de Laurent Colas co-dirigeant de la société Eno. Elle a germé il y a maintenant un an et demi après la découverte du fab lab de l’association Bêta-Pi, installée à Melle. Le projet mûrit au fil des mois. Ce tiers-lieu, c’est comme cela qu’on qualifie les fab lab, va être collaboratif et accueillir du public autour de trois domaines d’activité.

Comme la plupart des lab, il sera tourné vers le numérique avec des ateliers de conception 3D, avec de l’impression 3D. Plus original, le deuxième axe sera celui de l’émail, spécialité chez Eno. « Cet espace servira à promouvoir l’émail auprès du grand public et des professionnels. Il y aura entre autre des cours d’émaillage sur métal », explique Lorine Colas. Enfin, Eno n’est pas fabriquant de plancha par hasard : des cours seront proposés autour de produits locaux et le tout cuit sur des planchas. « Nous montrerons alors les vertus de l’émail », poursuit-elle.

Une structure ouverte à tous 

L’originalité reste l’ouverture des locaux de l’entreprise Eno. Elle ouvrira ses portes et permettra l’utilisation de certaines machines à l’association du fab lab. « Nous ouvrons entièrement l’usine au grand public dans la mesure où l’on met à disposition du matériel industriel. » Il s’agira notamment d’une imprimante laser et du four d’émaillage. « Nous sommes la première usine à faire cela ! », précise Lorine Colas.

Émilie Thibault va animer ce fab lab. Elle endosse le rôle de « fab manageuse ». Elle est émailleuse de formation et va devoir faire vivre ce laboratoire et l’association. « Il va falloir créer une communauté autour de ce lab qui viendra utiliser les machines et partager les savoir-faire, des connaissances, échanger, collaborer, mettre en relation », poursuit Emilie Thibault.

Cet été, quelques cours ont été proposés par l’association. Une dizaine de personnes s’y est rendue. C’est comme cela qu’on commence à former une communauté. La « Bouillonneuse » espère également accueillir un autre public : les scolaires. Emilie Thibault est en pourparler avec certains établissements pour élaborer des projets autour du monde de l’émail.

Quant au lab, il devrait définitivement ouvrir ses portes au public au mois de novembre. Les machines d’impression 3D ont bien été reçues. Il n’y a plus qu’à accueillir du public, professionnel ou non, pour que ce lieu rentre en ébullition …

J. P.

Plus : Facebook @lelabeno.

Partenaire : Inovis asset management