Connect with us

Les chambres répondent à leurs ressortissants

CCI CMA

Actualité

Les chambres répondent à leurs ressortissants

Les chambres consulaires ont mis en place des cellules de crise pour répondre aux nombreuses questions des chefs d’entreprise.

Les chambres consulaires ont également mis en place des cellules de crise pour répondre aux nombreuses questions des chefs d’entreprise. 

Du côté de la chambre de métiers et de l’artisanat de la Vienne, les agents du siège sont en télétravail et le CFA est fermé, les cours étant assurés de manière dématérialisée. Si la première semaine, les appels était nombreux pour joindre les conseillers de la cellule de crise, désormais, c’est la chambre qui s’emploie à contacter les artisans pour prendre de leurs nouvelles. « Sur 8 000 entreprises artisanales, nous en avons contacté près de 2 600 et tous les secteurs sont impactés, souligne Karine Desroses, présidente de la CMA de la Vienne. Parmi les sujets qui nous préoccupent, si les banques jouent le jeu des reports et des emprunts, nous devons être vigilants à ce qu’elles ne mettent pas en place des intérêts intercalaires. Nous attirons l’attention sur le fait également que pour l’instant, les assurances ne participent que très peu à l’effort de guerre. Enfin, nous attendons bien évidement les modalités de passage des examens de nos apprentis. » La présidente se félicite par contre que le seuil de perte pour obtenir l’aide du fonds de solidarité (1 500 €) soit abaissé à 50 % du chiffre d’affaires entre mars 2019 et mars 2020. 

+ : La CMA reste joignable pour toute question sur la gestion de crise du Covid-19 par téléphone au 07  89  98  03  86 et par mail à soutien-covid19@cm-86.fr
Pour toute autre question par téléphone au 05 49 88 13 01 et par mail à info@cm-86.fr.
Une enquête régionale sur l’impact économique de la crise est en ligne.

La CCI à l’écoute

A la chambre de commerce et d’industrie de la Vienne, près de 500  appels ont été traités par la cellule de crise. « Beaucoup craignent de tout perdre, indique Claude Lafond, président de la CCI de la Vienne. Une assistance psychologique sera d’ailleurs mise en place en ce sens au niveau régional dans les prochains jours. » Si les agents sont en télétravail, le service de formalités aux entreprises, et notamment celui des formalités douanières reste mobilisé par téléphone (05  49  60 98 69) et pour un rendez-vous. 

5 000 entreprises ont été contactées pour avoir le ressenti des dirigeants et les accompagner. Sur deux vagues d’enquête qui ont été menées, pour 88 % des entreprises interrogées le confinement a un impact sur leur activité. Sur ce chiffre, la moitié a dû fermer leur établissement. Près de 80 % ont subi une baisse de leur chiffre d’affaires d’au moins 50 % pour la moitié et s’accompagnant de tensions sur leur trésorerie. « Le plus inquiétant reste le secteur du tourisme, des hôtels-cafés-restaurants et de l’événementiel qui perdent six mois de chiffre d’affaires et qui ne les retrouveront pas, indique Claude Lafond. Il faut un report des charges sur 12 mois et non six, sinon cela ne suffira pas à maintenir l’activité ensuite. »

+ : La CCI de la Vienne a mis en place un numéro d’urgence au 05 49 60 98 19 et une page spéciale sur les mesures mises en place avec un lien pour s’identifier et être rappelé si besoin.

Soutenir l’agriculture

Une cellule d’écoute a également été mise en place du côté de la chambre d’agriculture de la Vienne. « Pour l’instant, nous constatons un maintien de la chaîne logistique. Il n’y a pas de rupture entre l’agriculteur, l’entreprise de transformation et la distribution », constate Philippe Tabarin, président de la CA de la Vienne. Il en appelle par contre aux maires pour maintenir les marchés ouverts. « Sinon, les producteurs auront un problème pour écouler leur production, alors qu’ils sont en général déjà impactés par la fermeture des restaurants et de la restauration hors domicile. Il faut aider et soutenir l’écoulement des produits locaux en facilitant les livraisons, en sollicitant la grande distribution, en ayant un relais des collectivités locales … » L’autre souci pour certaines productions est de trouver de la main d’œuvre. « Nous avons besoin de bras pour éviter les pertes de production. Et il faut rester vigilants pour maintenir les salariés qui vont travailler dans les abattoirs et les industries de l’agro-alimentaire. Les coopératives, les mutualités font déjà preuve de solidarité, mais il faut encore plus d’entraide et de vigilance. Une réflexion et de compensations seront nécessaires si le producteur doit détruire une partie de sa production car il y a de nombreux métiers en tension sur les produits frais et leur transformation. De nombreux rayons à la coupe sont fermés, la vente de produits labellisés est en baisse, notamment sur l’agneau qui connaît un fléchissement, malgré l’approche des fêtes de Pâques. Il faudra trouver des solutions de congélation ou de stockage. » Le président constate aussi des tensions sur les marchés, moins d’exportations, des prix en chute … « Certaines filières tournent avec fragilité et une baisse de la transformation se reportera sur une baisse de la production, alors que nos producteurs connaissent déjà une période tendue par ailleurs. L’agriculture est inquiète et sous tension. Ce n’est pas un cri d’alarme, mais il faut des décisions pour un secteur déjà fragilisé, pour que l’ensemble des producteurs puisse passer la crise avec le moins de dommages possibles. »

+ : Le numéro d’accueil de la chambre d’agriculture reste le 05 49 44 74 74 et sur le site, la liste des contacts est disponible, ainsi qu’une page d’informations.

Plus dans Actualité

En haut