Connect with us

Les entreprises du bâtiment veulent reprendre

bâtiment NAE

Actualité

Les entreprises du bâtiment veulent reprendre

Les entreprises du bâtiment appellent les collectivités à rouvrir les chantiers.

Avec le confinement, de nombreuses entreprises du bâtiment et des travaux publics avaient stoppé leur activité faute de pouvoir appliquer les gestes barrières sur les chantiers. Jeudi 2  avril, l’OPPBTP (organisme professionnel de prévention du BTP) a publié un guide des préconisations de sécurité sanitaire à destination du secteur de la construction*. Ce guide a été rédigé par des entreprises du bâtiment, des médecins du travail et des préventeurs. Il a reçu l’agrément des ministères de la Transition écologique et solidaire, de la Ville et du logement, des Solidarités et de la santé et du Travail. Les organisations professionnelles appellent à mettre en place ses mesures pour les entreprises qui souhaiteraient reprendre le travail. 

A Fontaine-le-Comte, Maxime Lanneau, dirigeant de NAE Dépollution (Nouvelle-Aquitaine Environnement) souhaiterait en effet reprendre son activité de désamiantage, mais pour l’instant tous les chantiers publics restent fermés. « Nous travaillons à 85 % en répondant à des marchés publics et à 15 % privés. Aujourd’hui, aucun maître d’œuvre public n’a montré d’intention de repartir. Dans le privé, des chantiers sont à l’étude. » Avec la mise en place du confinement, le dirigeant a mis les sept salariés de l’entreprise au chômage partiel. « Aujourd’hui, nous avons un guide des pratiques pour la construction qui a été validé par différents ministères. Du fait de notre activité, nous appliquions déjà de nombreux gestes, après il y a des choses que nous avons dû ajouter. Avant ce guide, en interne, nous avions déjà réfléchi à des protocoles pour chaque chantier. Mes employés ont déjà chacun leur matériel, une personne par voiture quitte à payer des indemnités kilométriques … Je souhaite avant tout protéger les salariés, mais aussi l’entreprise et aucune concession ne sera faite sur la sécurité et les gestes barrières. Mais même si nous mettons tout cela en place, aujourd’hui aucun maître d’œuvre public ne souhaite rouvrir les chantiers. Tous nous disent attendre le déconfinement. »

En attendant, les entrepreneurs échangent très régulièrement entre eux. « Nous sommes bien conscients que tous les chantiers ne pourront pas rouvrir, mais nous souhaiterions que quelqu’uns se lancent pour avoir des premiers retours et pouvoir ajuster nos pratiques. » A l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine, seulement 4 % des chantiers auraient rouverts.

Intervenir en sécurité

« Ces mesures vont nous coûter de l’argent, mais nous souhaitons faire cet effort pour essayer de retravailler, indique Maxime Lanneau. Les collectivités peuvent aussi prendre leur part. Elles proposent des aides aux entreprises, très bien, mais le meilleur moyen de nous aider serait de rouvrir les chantiers. Je comprends la volonté des maîtres-d’œuvre de se protéger, mais il y a quand même un double discours. Ils ne veulent préserver l’activité économique et la faciliter quand c’est possible, mais de l’autre quand nous leur disons que c’est possible, nous n’avons pas de réponse. Il y a des possibilités en établissant des plannings. Dans notre secteur, nous intervenons en général déjà seul dans le bâtiment. Cette contrainte de co-activité, nous ne l’avons pas et cela pourrait libérer du temps pour que les autres corps de métier interviennent ensuite. Nous pourrions intervenir dans des gymnases, des écoles qui sont aujourd’hui inutilisés. »

L’entrepreneur est prêt à échanger, à mettre en place des mesures spéciales. « Pour faciliter les choses et limiter les déplacements, nous sommes prêts à faire des reportings journaliers, des mini-films, des photos pour montrer l’avancée d’un chantier. Si tout le monde y met de la bonne volonté, on pourrait avancer. » Maxime Lanneau attend le feu vert. « Nous nous adaptons car nous voulons retravailler. Il y a toutes les mesures de décalages de charges, mais nous voudrions produire un minimum. Nous sommes bien conscients que cette réouverture ne pourra qu’être progressive et au cas par cas. Les chantiers vont se décaler à la reprise, mais c’est sûr, nous ne pourrons pas tout faire en même temps et nous aurons alors cette pression à gérer. Et là, la commande publique aura encore son rôle à jouer. »

Plus : le “Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de construction” est en ligne.

Plus dans Actualité

En haut