Libellud : des jeux de société vendus dans le monde entier

Publié le 4 janvier 2018 | Entreprises / Une

libellud

En bientôt dix ans, la société fondée par Régis Bonnessée pour distribuer le jeu « Dixit » a bien grandi. Si bien que le chef d’entreprise a réinvesti dans un studio de jeux vidéo : Libellud Digital. Ainsi, un Dixit en ligne devrait bientôt voir le jour.

C’est un coup de poker qui lui a rapporté gros : Régis Bonnessée a été le seul, en 2008, à miser sur le jeu de société « Dixit » qu’il a décidé de développer en créant Libellud. Aujourd’hui, il s’en est vendu 4,5 millions d’exemplaires dans le monde et huit extensions du jeu ont été créées. « Dixit, c’est le jeu historique qui nous a permis de développer tout le reste, explique le fondateur de Libellud, soit en faisant appel à des auteurs extérieurs, soit en créations internes ». Grâce à une équipe de graphistes et game-designers, la société a connu d’autres beaux succès notamment « Mysterium », vendu à 500  000 exemplaires, « Dice Forge » (création interne) sorti cette année et déjà écoulé à 100 000 exemplaires ou encore « Loony Quest » lui aussi vendu à 100 000 exemplaires. En tout, Libellud a sorti une quinzaine de jeux depuis sa création.

Une montée en puissance, avec des recrutements réguliers et un déménagement dans de nouveaux locaux, accompagnée d’une croissance régulière du chiffre d’affaires qui atteint pour le dernier exercice les 7 millions d’euros. « 80 % du chiffre d’affaires se fait à l’export, détaille Régis Bonnessée, bien qu’en proportion le marché français reste un gros marché. » Les jeux développés à Poitiers s’écoulent ainsi de l’Asie (Chine, Thaïlande, Corée du Sud, Japon) à l’Amérique du Sud (Brésil notamment) en passant par les Etats-Unis, le Canada, la Turquie, Israël et évidemment l’Europe. « Les plus gros clients à l’export sont aujourd’hui la Pologne, l’Allemagne et les Etats-Unis », détaille le dirigeant.

Un jeu vidéo en développement

Des résultats sécurisants qui ont poussé Régis Bonnessée à réinvestir : « Pour moi, l’argent doit être investi dans l’économie réelle, pour créer de l’emploi notamment. » En juin 2016, il a donc créé Libellud Digital, studio indépendant de jeux vidéo installé rue de la Demi Lune qui emploie 12 salariés chargés, entre autre, de développer une version en ligne du jeu « Dixit ». « On est dans l’esprit d’un jeu pour téléphone, très simple. Aujourd’hui, le marché du portable pour les jeux vidéo connaît une croissance phénoménale chaque année car c’est un média qui touche vraiment tout le monde. » Le « Dixit » version jeu en ligne sera donc aussi un jeu social avec la possibilité de partager des énigmes sur les réseaux sociaux. Un aspect qui prend beaucoup de temps à développer.

En attendant, Libellud sortira prochainement deux nouveaux jeux : « Jelly Monster », un jeu frénétique de dés, crée par Antonin Boccara en février, puis, en septembre 2018, une création interne, « The Key », jeu d’éliminations successives sur le principe du « Qui est-ce ? ».

Léa Aubrit

Partenaire : Inovis asset management