Connect with us

Les maires défendent la proximité

maire

Actualité

Les maires défendent la proximité

Le premier salon des maires de la Vienne a connu un beau succès. Les élus ont ainsi réaffirmé la place centrale de la commune dans la nouvelle organisation territoriale. Les maires sont les premiers interlocuteurs des habitants.

maire

Le premier salon des maires de la Vienne a connu un beau succès. Les élus ont ainsi réaffirmé la place centrale de la commune dans la nouvelle organisation territoriale. Les maires sont les premiers interlocuteurs des habitants.

Le premier salon des maires de la Vienne a connu un beau succès le 17 février, au palais des congrès du Futuroscope. Pour cette première, près de 1 200 élus, adjoints, conseillers municipaux et partenaires se sont retrouvés pour échanger. « Les maires peuvent se rencontrer, mais surtout il y a une soixantaine d’exposants, explique Yves Bouloux, maire de Montmorillon et président de l’association des maires de la Vienne. Les entreprises, les associations, les institutions, tous les partenaires d’une commune sont représentés. C’est dans cet esprit que nous avons voulu ce salon, cela permet au maire de venir prendre des idées, d’obtenir des informations, des réponses. » Un temps de conférence était aussi prévu autour de la question de la place des communes dans la nouvelle organisation territoriale. « Parmi les préoccupations des maires, il y a la baisse des dotations bien sûr, mais aussi l’inflation des normes et la crainte pour les plus petites communes d’être noyées dans ces grandes intercommunalités, de ne pas être entendues. Elles ont l’impression d’être dessaisies de beaucoup de choses alors qu’elles font le territoire. »

Etre à l’écoute de la commune

Une proximité que les maires défendent. « Nous sommes le premier guichet pour les gens, pour un problème de voisinage, un chien qui aboie … Le maire fait beaucoup de médiation, souligne Martine Mousserion, maire d’Anché. Nous sommes le premier interlocuteur des habitants. »

André Rignault, maire de Savigné a repris le rôle de maire il y a dix mois, suite au décès de Roland Vaillier. « On ne s’imagine pas ce que c’est d’être maire. Il faut être présent pour un feu de cheminée, autant que pour une réunion. J’apprends tous les jours. Bien que maire par accident, je suis fier d’avoir cette place et j’espère ne pas décevoir. » Maurice Ramblière, maire de Vivonne met en avant l’écoute et la disponibilité des maires. « Pour construire, cela ne se fait jamais seul. Il faut faire adhérer les gens au projet et mettre les autres en valeur. Oui, les projets sont compliqués à sortir, mais il faut rester optimiste pour le développement du territoire. » Il note un allongement des délais administratifs. « Il y a plus de préparation, mais l’environnement est plus complexe aussi. » Une situation que confirme Martine Mousserion : « Nous avons des budgets contraints et pour par exemple des toilettes à installer, l’affaire n’est pas aussi simple. » André Rignault va sur le même constat : « Le plus dur est peut-être de faire correspondre les besoins en travaux et les finances, tout en veillant à adapter les équipements aux besoins de la commune. » Mais, tous se disent être contents d’assurer ce rôle. « C’est une mission passionnante, assure Maurice Ramblière. La société évolue, nous nous adaptons aussi, avec volonté et énergie. »

M. W.

Continue Reading

Plus dans Actualité

En haut