Connect with us

Malabar et Kréma sont fabriqués en Vienne

malabar

Entreprises

Malabar et Kréma sont fabriqués en Vienne

Après son rachat par le groupe français Carambar & Co, l’usine de bonbons de Saint-Genest-d’Ambière a accueilli de nouvelles lignes de production. 11 000 tonnes de Malabar, Kréma et La Pie qui chante (Stoptou, Menthe Claire et Croq’Andise) sont ainsi produits en Vienne.

malabar

Après son rachat par le groupe français Carambar & Co, l’usine de bonbons de Saint-Genest-d’Ambière a accueilli de nouvelles lignes de production. 11 000 tonnes de Malabar, Kréma et La Pie qui chante (Stoptou, Menthe Claire et Croq’Andise) sont ainsi produits en Vienne.

Si à l’extérieur, le seul changement est le nouveau nom : Carambar & Co, c’est à l’intérieur de l’usine de bonbons de Saint-Genest-d’Ambière que les transformations sont les plus importantes. Avec son rachat par le groupe français, tout le site a été réaménagé depuis un an.

Reconfiguration industrielle

L’implantation de l’usine date de 1986, à l’époque Hollywood cherchait un terrain “vert” pour fabriquer ses chewing-gum. En 1993, l’entreprise s’agrandit. En 1998, elle produira aussi les Malabar, puis en 1999, les Kréma. Après plusieurs rachats, Mondelez vend les marques Malabar, Kréma au groupe Carambar & Co, en mai 2017, avec le site de Saint-Genest-d’Ambière.

C’est alors l’heure de la grande réorganisation pour l’usine. Les trois lignes de production de chewing-gum sont démontées et transférées en Pologne et en Turquie. Celle dédiée à Malabar est déplacée et trois nouvelles lignes de process bonbons sont installées. Désormais, le site de Saint-Genest-d’Ambière ne fabrique plus de chewing-gum, mais a intégré à la place la marque la Pie qui chante (Stoptou, Menthe Claire et Croq’Andise). 150 semi-remorques de matériel ont ainsi été reçus et 80 % de l’usine a été transformée. « Nous avons appris à fabriquer de nouveaux produits, explique Pierre Gimaret, le directeur du site. De procédés gomme, nous sommes passés à des procédés bonbons. Les ¾ du personnels ont été formés à ces nouvelles techniques. » Cinq procédés se côtoient dans l’usine : pâte-à-macher, bubble-gum, sucre cuit coulé, sucre cuit et pressé gélifiés. Deux milliards de bonbons sortent ainsi des lignes chaque année, soit 11  000  tonnes.

carambar

 

Redonner son éclat aux marques

« Carambar & Co est un groupe jeune, même si nous sommes constitués de marques anciennes, comme Poulain et ses 156 ans, Kréma a 95 ans ou encore Carambar 64 ans, explique Thierry Gaillard, son président. Elles ont été délaissées pour certaines, nous voulons les relancer et devenir le champion français de la confiserie et du chocolat. C’est une belle aventure, nous y croyons. Nos produits permettent de donner le sourire à chacun. Ils sont associés au plaisir, à la gourmandise. Ils sont là pour égayer le quotidien et offrir des moments agréables. »

Le groupe a repris 14 marques, avec 5 “cuisines” dont celle de la Vienne et réalise 250 millions d’euros de chiffre d’affaires (dont 40 % à l’international). Il totalise 1 000 collaborateurs, dont 175 dans le nord du département. « Nous sommes une ETI par rapport à nos concurrents, des géants internationaux. Notre cœur, ce sont des marques patrimoniales qui ont été un peu oubliées. Peu à peu, nous avons rapatrié toute la fabrication en France et à la fin de l’année, nous pourrons dire, 100 % des bonbons que nous vendons sont fabriqués en France. » D’ailleurs, Carambar & Co a commencé à l’écrire sur ses paquets, notamment les Kréma.

Le groupe a également commencé à donner un coup de jeune à ses marques, avec de nouveaux visuels, de nouveaux slogans, de nouvelles recettes. « Nous avons d’ailleurs créé un centre de recherche et développement, à Blois pour le Chocolat et à Saint-Genest-d’Ambière pour la confiserie. » Quatre personnes ont été recrutées. Ainsi, la gamme des Kréma s’est agrandie avec des goûts “de saison”. De nouveaux tatouages Minions arrivent dans les Malabar. Et le groupe se tient prêt pour Halloween, un des temps forts de l’année.

M. W.

Plus de photos sur notre page Facebook.

Continue Reading

Plus dans Entreprises

En haut