La Nouvelle-Aquitaine vise 32 millions de touristes

Publié le 6 avril 2018 | Actualité / en Poitou-Charentes

nouvelle-aquitaine

Le comité régional du tourisme, et son directeur Michel Durieu, s’emploient à coordonner l’action touristique et réunir les acteurs sur les territoires pour promouvoir la Nouvelle-Aquitaine, en France et à l’étranger.

Info-éco / Quels sont les atouts de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière touristique ?

Michel Durieu / Nous avons une région de la taille de l’Autriche, avec une population équivalente à celle du Danemark. Nous sommes la 2e destination du touriste français et la 5e des étrangers qui viennent en France. Nous accueillons 28 millions de touristes français et étrangers chaque année, avec une augmentation du nombre de touristes étrangers, due à la croissance mondiale. La Nouvelle-Aquitaine n’est pas une marque, mais c’est un territoire touristique avec des marques fortes : les Pyrénées, Biarritz, la Dordogne, Cognac, le Marais Poitevin, l’Ile-de-Ré, Limoges, le lac de Vassivière, le Futuroscope … Il faut savoir qu’un touriste est prêt à faire deux à trois heures de route depuis son lieu de vacances pour faire une visite. Le touriste ne reste plus à un endroit, de plus en plus, il se déplace de lieu en lieu touristique. Notre territoire est un territoire touristique, l’enjeu est donc de créer des flux à l’intérieur de la région et également de capter des flux extérieurs, notamment de l’Ile-de-France pour les faire venir en Nouvelle-Aquitaine. A nous de leur vendre plusieurs destinations pour éviter l’ennui. Aujourd’hui, un touriste choisit des destinations et des activités. Le comité régional du tourisme donne cette vision d’ensemble.

Info-éco / Notre offre est-elle suffisante ?

M. D. / 28 millions de touristes ont été accueillis en 2017, soit +4 % par rapport à 2016. L’hôtellerie affiche 9,9 millions de clients (en hausse de 3,5 %) et les campings cumulent 24,6 millions de nuitées (+3,3 %). Les locations privées collaboratives sont en forte progression. La LGV a boosté le trafic ferroviaire depuis Paris à destination de toute la Nouvelle-Aquitaine. Il y a eu également une croissance des arrivées aériennes internationales (+7 %). Nous cherchons surtout à savoir pourquoi certains touristes étrangers ne viennent pas ou plus. L’offre a continué à se développer sans savoir si elle répondait à une demande. Les touristes sont friands de patrimoine et de gastronomie, ils demandent également de plus en plus d’activités. Il faut faire évoluer notre promotion, l’adapter en fonction des profils. Parmi les points communs à l’ensemble de la Région, nous avons l’art de vivre, la gastronomie, l’œunotourisme, un patrimoine naturel et culturel riche et remarquable, un environnement protégé.

Info-éco / Quelles sont les retombées pour la Région ?

M. D. / Le tourisme représente près de 110  000 emplois (soit 8 % de l’emploi touristique national) et génère 14 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 9 % du PIB régional. L’ambition pour 2020 est d’arriver à 32  millions de touristes, 16,5  milliards d’€ de revenus et 140  000  emplois. Sur les touristes étrangers (3,5  millions pour 2017), la région voudrait atteindre les 5 millions en 2020, sans pour autant que cela ne se fasse au détriment de l’accueil des touristes Français.

Info-éco / Quelle est la stratégie du CRT ?

M. D. / L’idée est, avec les destinations, de structurer leur offre, de regarder les potentiels nationaux et internationaux et de communiquer ensemble. Nous misons sur le digital avec un site média pour les destinations et un investissement sur les réseaux sociaux car l’e-réputation est importante (écouter, analyser et influencer). Nous avons aussi des solutions plus traditionnelles, à travers les salons, les opérations communes, les rencontres entre professionnels, les opérations presse ou encore les campagnes d’affichage. Notre principal message reste : tout ce que vous voyez est à 2-3  heures de vous. Nous allons vous aider ensuite à construire votre voyage, votre itinérance. Aujourd’hui, le touriste réserve la suite de son voyage pendant son propre séjour. Nous misons sur le digital pour lui faciliter la vie et finir avec lui son parcours du voyageur. Nous attirons le touriste via une destination, nous lui donnons envie de transformer cet attrait en séjour. Puis tout au long de son déplacement, nous sommes là pour l’informer. Et sur les territoires, les offices de tourisme accueillent, guident et renseignent.

Propos recueillis par M. W.

nouvelle-aquitaine

Partenaire : Inovis asset management