Olivier Broussois : Construire au service de l’intérêt général

Publié le 18 juin 2018 | Actualité / Ecoscope

broussois sep

Olivier Broussois est le directeur général de la Société d’équipement du Poitou.

Carrière. Quelle est votre plus belle réussite professionnelle ?

Olivier Broussois / Par ces opérations d’aménagement, nous contribuons à l’attractivité d’un territoire. Nous l’aidons à se développer. Avec Amiens Aménagement, j’ai notamment contribué à l’émergence et au développement d’un quartier contemporain, celui de la gare. L’objectif était de participer à la reconversion du territoire, d’amener de nouvelles activités, de donner une nouvelle image à la ville. C’est une fierté de voir que des projets que nous avons imaginés il y a dix ans, se réalisent aujourd’hui. Il y a eu des périodes difficiles, mais la constance porte ses fruits.

Conseil. Quel conseil donneriez-vous à un jeune responsable de projet ?

O. B. / Il faut savoir écouter et ne jamais croire qu’une réponse est définitive. La société bouge, ses besoins évoluent. Il est nécessaire d’être à l’écoute de ces changements. Il faut savoir prendre du recul pour élaborer des réflexions de fond, sur le long terme, qui permettront à la ville de se confronter et d’intégrer ces changements. C’est un métier exigeant, mais qui ouvre l’esprit et qui nécessite volonté et humilité.

Motivation. Qu’est-ce qui vous motive dans votre travail ?

O. B.  / J’ai toujours cherché à allier secteur privé et public pour plus d’efficacité au service de l’intérêt général. Je travaille pour améliorer le cadre de vie des habitants, des entreprises. Je rencontre également une grande variété d’interlocuteurs : habitants, entrepreneurs, élus … Je suis d’un naturel curieux et j’aime découvrir un nouveau territoire, de nouvelles problématiques. Mon rôle est de redynamiser cet outil pour faire face aux défis du territoire. Poitiers est une ville patrimoniale qui se transforme. L’enjeu est de prendre appui sur les activités publiques pour s’ouvrir et générer de nouvelles activités privées. Poitiers a des atouts, mais reste discrète. Il faut l’ouvrir, de par son aménagement en faire un pôle au nord de la Nouvelle-Aquitaine. Poitiers répond aux enjeux des villes intermédiaires. C’est un territoire qui mérite de l’intérêt, qui a des atouts à faire valoir.

Avenir. Quels sont les dossiers en cours ?

O. B. / Le parc Aliénor (zone République  4) à Poitiers va entrer dans sa phase opérationnelle. Les travaux d’aménagement devraient démarrer à la rentrée, en septembre-octobre. Il y a un réel intérêt pour cette zone moderne, favorisant les coopérations et les synergies. La SEP travaille à la reconversion du site de Fédéral Mogul et à l’implantation de l’entreprise Forsee Power. Côté habitat, la SEP continue l’accompagnement et l’aménagement des zones des Montgorges à Poitiers, des Magnals à Mignaloux-Beauvoir ou encore à Fontaine-le-Comte. La société accompagne la construction des deux casernes de pompiers sur la Blaiserie et Saint-Eloi à Poitiers. La SEP veille également à la rénovation de la Maison de la Formation, pour le compte de la chambre de commerce et d’industrie.

Mots croisés. Pouvez-vous nous donner trois mots pour vous définir ?

S. L. / Engagé, persévérant et ouvert d’esprit.

Propos recueillis par Mathilde Wojylac

Partenaire : Inovis asset management