Le PB86 crée des passerelles entre sport et entreprises

Publié le 26 avril 2016 | Actualité / en Poitou-Charentes

PB86-David FillonW

Le Poitiers Basket veut compter dans les clubs de demain. Pour cela, il a développé le projet 2K20. Cela passe par l’augmentation du nombre de partenaires, la hausse le budget, l’aspect citoyen, le développement du centre de formation.

Le PB86, c’est une équipe professionnelle de basket sur Poitiers qui évolue en ligne nationale depuis 10 saisons aujourd’hui, dont 4 qui se sont déroulées en Pro A (de 2009 à 2013). Le club a accroché deux titres de champion de France à son palmarès (en Nationale 1 et Pro B). Chaque saison compte 20 matches officiels disputés à Saint-Eloi, dans la salle Jean-Pierre Garnier. Chaque soir, près de 1 400 personnes sont rassemblées, pour une moyenne de 45 000 spectateurs qui se déplacent chaque saison. Le club, c’est aussi de nombreuses personnes qui s’investissent : un encadrement, des bénévoles, des partenaires.

Pour réfléchir à son avenir, le club a souhaité proposer de grands axes de travail à travers le projet Cap 2K20, une feuille de route pour les années à venir. « Cela nous permet de définir une ligne de conduite pour les cinq ans à venir, explique David Fillon, administrateur en charge de cette la démarche et des partenaires. Dans ce projet, les partenaires du club sont au centre. Nous sommes partis du constat qu’il fallait relancer le club Affaires, le redynamiser. Cela commence par l’élaboration d’un programme de rendez-vous réguliers (une fois par mois). Notre volonté est de créer un réseau où les gens se sentent bien, à l’aise, en toute convivialité. » Le club Affaires a été ouvert à tous les partenaires. L’objectif est de passer de 150 aujourd’hui, à 220 demain, de passer d’un budget de 2,2 millions d’euros au top 3 des budgets de Pro B.

PB86-afterworkW

Jouer sur les valeurs humaines

« Le sport permet de rassembler et de créer des passerelles entre les gens, le tout dans une ambiance sympa. » Parmi les rendez-vous, il y a eu une explication d’un match, un speed-meeting avec le Stade Rochelais, une sortie à Boulazac, un petit-déjeuner au Futuroscope … « Nous essayons de varier les plaisirs pour que les partenaires ne s’embêtent pas, mais au contraire, les surprendre. Dans les réceptifs d’après-match, là aussi l’accueil a été repensé. Nous misons beaucoup sur la convivialité. Le PB86, ce n’est pas que l’aspect sportif, il faut tenir compte de l’humain. Nous véhiculons de nombreuses valeurs. Notre ouverture sur l’extérieur est importante. C’est un club où il fait bon vivre. Nous avons notre centre de formation. Nous savons innover et notamment en matière de communication. Nous avons été précurseur dans ce domaine. Il faut continuer de développer nos points forts. »

Dans le club, le bénévolat est important. « Avec une centaine de personnes, c’est un des effectifs les plus importants par rapport aux autres clubs de Pro A et B. Nous avons un rôle citoyen par rapport à la ville et dans la grande région que ce soit lors de l’Urban PB, en organisant des camps jeunes, en allant dans les quartiers, les écoles. Le développement de notre centre de formation doit lui permettre de se positionner en tant que référence régionale et nationale. En affichant notre projet, les gens savent vers quoi nous tendons, ce qui se passe au PB86. »

M.W.

Partenaire : Inovis asset management