Connect with us

Pierric Casadebaig : L’essentiel est de faire plaisir

casadebaig

Actualité

Pierric Casadebaig : L’essentiel est de faire plaisir

Bien manger est un art que Pierric Casadebaig cultive depuis sa tendre enfance. Passionné par la cuisine, amoureux des bons produits et indéniablement artiste dans l’âme, il a ouvert L’essentiel à Poitiers et vise les étoiles Michelin.

casadebaig

Bien manger est un art que Pierric Casadebaig cultive depuis sa tendre enfance. Passionné par la cuisine, amoureux des bons produits et indéniablement artiste dans l’âme, il a ouvert L’essentiel à Poitiers et vise les étoiles Michelin.

« La bonne cuisine, c’est le souvenir », racontait Georges Simenon. Pour Pierric Casadebaig, c’est toute sa vie, le passé et l’avenir. Amoureux des bonnes choses, il préférait traîner dans les jupons de sa maman ou de sa grand-mère cantinière plutôt que de s’amuser aux petites voitures. « Nous sommes des amoureux de la matière, nous aimons la travailler pour la sublimer. » Ainsi Pierric Casadebaig a patiemment attendu l’âge de ses 16 ans pour s’inscrire à la maison de la formation de Poitiers. « Le jour des inscriptions, j’étais arrivé des heures à l’avance, je ne voulais pas la manquer ! » Cette motivation pour apprendre et l’envie de grandir l’ont vite propulsé dans les rangs des meilleurs. Jeune apprenti, il fait ses armes au Château de Curzay. « Le chef a consolidé mon amour pour la cuisine et m’a donné l’envie de l’excellence pour réussir les concours. » A l’issue de la formation, il est sélectionné pour les Meilleurs apprentis de France, il finit 3e régional en 2001. L’année suivante, il souhaite se perfectionner en dessert et rejoint le chef Rougier qui exerçait au Maxime à Poitiers (ndlr : Le Bis aujourd’hui). « C’était un maître cuisinier, un homme d’honneur et entier et c’est grâce à lui que j’ai pu rejoindre les rangs très serrés de la prestigieuse maison roannaise 3 étoiles, Troisgros. » Pendant deux ans, le travail est intensif. « Il fallait suivre à ce niveau très élevé, mais j’ai tellement appris et travaillé les meilleurs produits au monde. » Sur sa lancé, il poursuit sa formation de terrain quelques kilomètres plus loin en Saône-et-Loire et rejoint Jacques Lameloise, également trois macarons. « C’était une magnifique maison familiale, à cette époque, nous venions de perdre Bernard Loiseau et une étoile. Le chef était remonté, il a recomposé une nouvelle brigade et m’a gardé. Nous avons reconquis l’étoile égarée l’année suivante. » Epuisé, mais formé, le jeune homme décide de retourner sur ses terres, en Vienne. Il offre ses services aux Clos de la Ribaudière pendant sept ans, mais à la veille de ses trente ans, l’ambition reprend le dessus et il décide d’être chef à part entière. Cédric Gaboreau, alors gérant d’Un déjeuner sur l’herbe décèle le talent et le prend dans ses équipes. L’année suivante, le jeune chef passionné décide de se présenter au concours du “Jeune talent de moins de 30  ans” décerné par le Gault et Millau et remporte le titre.

L’essentiel avant tout

Encouragé dans son art, il poursuit sa quête de la justesse. « Je recherche toujours l’excellence dans l’assiette et d’atteindre la perfection dans la matière. » A 35 ans, Pierric Casadebaig souhaite voler de ses propres ailes. « Je voulais être chez moi et marquer mon empreinte dans la ville. » Ainsi il ouvre en décembre 2017, L’essentiel, au 188 de la Grand’Rue à Poitiers. Sa signature, c’est l’authenticité, sa différence se trouve dans l’assiette et son ambition est de décrocher une étoile au guide Michelin. Mais il le sait, il faut être prêt et pour le moment, il crée et travaille son univers dans l’assiette, mais aussi dans le cadre.

Lydia De Abreu

Continue Reading
Advertisement
Vous aimerez aussi

Plus dans Actualité

En haut