Plim, pionnière de la protection intime durable

Publié le 7 mars 2019 | Entreprises / Une

plim

L’entreprise fondée par Capucine Mercier il y a 10 ans connaît aujourd’hui un succès grandissant. Les protections intimes lavables sont de plus en plus utilisées. Plim vend chaque mois, plus de 15 000 produits.

Parler protections intimes, ce n’est pas un sujet très tendance ou glamour. Pourtant c’est celui qu’a choisi Capucine Mercier en créant Plim, il y a 10  ans.

Ingénieur en agriculture, spécialisée dans l’alimentation et la santé, la jeune femme travaille alors à l’accompagnement des exploitations biologiques en Poitou-Charentes. Lors d’une mission aux Etats-Unis pour développer l’export de cognac et pineau bio, elle rencontre une Amérindienne. Ce face-à-face sera l’élément déclencheur. Capucine Mercier découvre les serviettes hygiéniques lavables. « Pour cette femme, le sang est sacré, il doit retourner à la terre. Il lui est inconcevable d’utiliser autre chose que du tissu pour se protéger. » Elle revient en France avec des serviettes dans ses bagages. « Je pensais que quelqu’un en France allait développer cette idée … comme personne ne s’est lancé, j’ai commencé l’aventure. C’était pourtant un sujet très tabou. Personne ne croyait en cette idée. » Elle a donc débuté seule, avec un petit stock fabriqué par l’Amérindienne rencontrée. « Faire une étude de marché ne signifiait pas grand chose pour ce produit, j’ai donc fait un test grandeur réelle. » Elle écoule son stock sur les salons en un rien de temps et décide du coup d’aller plus loin.

Elle veut faire fabriquer les serviettes en France, construit son projet pendant un an et monte les dossiers. « J’ai rencontré les grands noms du textile car je voulais des tissus bio, jolis, imprimés et fabriqués en France. » La filière est relancée.

En parallèle, elle suit une formation avec le Pays Mellois. Grâce à l’écoute de Patrick Sudre et aux mises en relation, elle contacte Chizé Confection (spécialisé dans la fabrication de pantalons haut de gamme). « Patricia, la responsable, ne m’a pas prise au sérieux au départ. J’étais un ovni pour elle. Depuis, un vrai partenariat s’est tissé. » Les serviettes hygiéniques lavables Plim sont découpées, assemblées et cousues sur place par une dizaine de couturières dédiées à l’activité. « Ensemble, nous avons de nombreux échanges pour l’élaboration de prototypes, puis des produits. »

Petit à petit, l’entreprise pionnière des protections intimes durables développe sa production et ses ventes. Environ 15 000 produits sont vendus par mois. Vingt-cinq plimettes parcourent les salons pour présenter les produits Plim. Le site d’e-commerce a une bonne fréquentation. Et la marque est présente à travers plus de 500  revendeurs dont la centrale d’achats des magasins bio Biocoop, intégré il y a plus d’un an. 10 % des ventes est réalisée à l’export.

plim

Entrepreneure responsable

Face à cette croissance, l’entreprise se structure. Treize personnes travaillent au développement de Plim. « C’est vrai que nous ne sommes que des femmes pour l’instant ! Le télé-travail est la règle chez nous, ainsi que travailler à son rythme. Dans la réalité, ce n’est pas tous les jours facile à manager, mais en même temps, c’est la liberté, la créativité, le confort. En tant que dirigeante, je cherche aussi à promouvoir un modèle différent d’entreprise. Dans ce domaine-là aussi, on teste. » L’entreprise recrute en ce moment quatre personnes pour des postes de responsable commercial, chargé.e de communication, de marketing digital ou encore responsable administratif et financier. « C’est un vrai challenge de créer son entreprise, d’être dirigeante. C’est bien d’avoir des exemples de femmes qui entreprennent, de montrer que c’est possible. » Plim devrait également dans l’année déménager dans des locaux plus vastes.

Etre toujours à la pointe

Plim propose toute une gamme de produits sains et écologiques pour l’intime qui s’inscrivent dans la tendance du zéro déchet. « Aujourd’hui, quand nous créons un produit, il est là pour remplacer un produit jetable, qui n’existe pas en bio ou qui n’existe pas sur le marché. »

De nouveaux produits font leur apparition chaque mois. Après cinq ans de travail, Plim a par exemple sorti l’an dernier une culotte menstruelle, réalisée en partenariat avec l’atelier CDB et Cie, à Chauvigny (fabricant par ailleurs de la lingerie Indiscrète). Un troisième atelier basé dans le Poitou devrait entrer dans l’aventure Plim, avec une nouveauté. « C’est un vrai choix de ma part de soutenir le tissu économique local et faire fabriquer en France. »

Voilà 10 ans donc que Capucine Mercier a fondé Plim. « J’ai osé. Pour être entrepreneur, il faut une part de culot, de la persévérance aussi. Actuellement, en tant que dirigeante, mon poste évolue tous les six mois. Pour être entrepreneur, il faut être un peu aventurier, tout en ayant conscience des risques. Les conditions ne sont pas forcément faciles, mais quand on a un projet, il faut y aller, les solutions apparaîtront au fur et à mesure. »

M. W.

plim

 

Défendre l’intimité des femmes

Face aux nombreux enjeux de santé et sur ce sujet sensible de l’hygiène intime, Plim a également un rôle pédagogique. L’entreprise aborde des sujets aussi variés que les perturbateurs endocriniens, les mycoses, les irritations, la flore intime, l’endométriose, le syndrome du choc toxique, les douleurs … « Ce n’est pas normal d’avoir mal pendant les règles, il faut aussi changer cette vision, pointe Capucine Mercier. Si un mal de ventre se fait sentir pendant son cycle, il ne faut pas hésiter à enlever tout ce qui est dans notre vagin. Les Plim permettent aussi de dédramatiser ces sujets, de les aborder autrement. »

Les protections périodiques ne bénéficient pas d’un statut spécifique. Ce sont des articles d’hygiène, comme un mouchoir en papier ou de l’essuie-tout. « Ces protections n’ont pas à afficher une autorisation de mise sur le marché, alors que ce produit côtoie un milieu fragile, très absorbant », explique la gérante de Plim.

Le thème de l’incontinence est le prochain sujet de développement de Plim. « Il y a une vraie volonté de se développer vers ce secteur, de prendre soin de nos aînés, de leur proposer plus de confort. »

plim

Partenaire : Inovis asset management