Première européenne : le bus en mer à hydrogène

Publié le 9 novembre 2017 | Actualité / en Poitou-Charentes

Payant

bus hydrogène

Un bus de mer propulsé à l’hydrogène transportant des passagers est expérimenté à La  Rochelle jusqu’en août 2018. Une première européenne en milieu marin.

L’expérimentation est lancée depuis le 26 octobre sous l’égide de la communauté d’agglomération de La  Rochelle, qui prête le bateau. Mais depuis le 6 novembre, celle-ci se fait en présence de passagers. Baptisé Yélo 2, ce projet prévoit, après une période de test jusqu’au 31 août prochain, le remplacement des batteries électriques embarquées par quatre réservoirs d’hydrogène cachés sous une banquette pour passagers. Ce dispositif, quatre fois plus léger que les batteries électriques — environ 200 kg contre 800  kg —, permettra de prolonger l’autonomie du bateau ou bien d’aller plus vite ou de transporter une dizaine de passagers de plus et porter ainsi sa capacité de 75 à 87 personnes, ou encore d’allonger le trajet.

Expérimenter et rassurer

En 1874 dans « L’île mystérieuse », Jules Verne annonçait que l’hydrogène serait un jour utilisée comme une énergie. 143 ans plus tard, Christophe Peysson lui a rendu hommage. Le directeur du développement d’IPO Michelin recherche et technique, constructeur de cette pile à combustible a, au passage, rappelé que le géant du pneu « travaille depuis les années à ce type de motorisation ».

Concrètement, de l’hydrogène est injecté dans une membrane pour créer de l’électricité par électrolyse et alimenter le moteur du « Galilée », qui assure les navettes entre le port des Minimes et le vieux port. L’expérimentation permettra « de tester la résistance du matériel en milieu marin et de prouver aux passagers que l’hydrogène n’est pas plus dangereux que d’embarquer de l’essence », souligne Philippe Pallu de la Barrière, « père » de ce projet et fondateur de la société rochelaise Alternatives Energies, celle-là même qui a construit les deux bus de mer électriques qui relient les deux ports.

Système perfectible

Cependant le système est perfectible. Le bateau fonctionne très bien, mais pour recharger les réservoirs, une station a dû être installée au port des Minimes par l’entreprise de Périgny HP systems. Cette station fournit pour le moment un hydrogène non produit de manière écologique. Mais « d’ici deux à trois ans, la boucle énergétique du parc d’activité à zéro carbone Atlantech de La Rochelle fournira l’hydrogène fabriqué sur place », rappelle le maire de la ville, Jean-François Fountaine. Mieux encore, in fine, « l’hydrogène sera fabriqué à bord à partir d’eau de mer désalinisée », annonce Katia Bourdin, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine.

O. G.

Partenaire : Inovis asset management