Rayonner de l’intérieur pour briller à l’extérieur

Publié le 9 septembre 2016 | Actualité / en Poitou-Charentes / Loisirs et détente

patrice gourrier

La méditation de pleine conscience permet de mieux vivre l’instant présent.

La pleine conscience pour être efficace au travail, Google, Danone, Bosch ou Sodexo ont misé dessus. Hyperconnexion, polyvalence, délais raccourcis, les salariés n’en peuvent plus. Alors pour éviter le burn-out certains patrons proposent des séances de « mindfullness » pour se retrouver et se reconnecter avec l’instant présent. A Poitiers, le père Patrice Gourrier propose différentes séances au Centre de méditation Talitha Koum.

Info-éco / Comment êtes-vous arrivé à la méditation ?

Patrice Gourrier / En 1998, j’ai découvert une tradition spirituelle de méditation silencieuse. Le mot méditation a plusieurs significations, dans un sens il désigne la réflexion, mais aussi le soin et aller au centre pour plonger dans son cœur. Je suis parti en quête de la tradition des Pères du désert, eux-mêmes sont allés dans le désert, sans rien, pour acquérir le calme du mental. Il existe quatre principes — fuis la société, assieds-toi, tais-toi et apaise tes pensées. Je venais du monde de l’entreprise et j’étais hyperactif, avec la méditation ma vie a changé. J’ai découvert de nombreux ouvrages, les méthodes de méditation et dès que je suis devenu prêtre, j’ai enseigné avec mon premier livre « Talitha Koum, éveille la source qui est en toi ». Les prêtres estimaient qu’ils étaient entourés de trop de distractions pour prier. L’idée de la méditation est l’unité du corps et de l’esprit en plongeant dans le cœur. Lorsque j’ai été hospitalisé en 2000 et que mes jours étaient en danger, la méditation m’a aidé à mieux supporter la souffrance.

Info-éco / Que proposez-vous comme méthode ?

P. G. / Il n’existe pas une forme de méditation. Vous pouvez méditer où vous le souhaitez et quand vous le voulez. L’idée est de se concentrer sur une pensée afin d’éliminer les mauvaises qui vous entourent. Lorsque j’étais psychologue, j’ai constaté un point commun entre mes patients, ils subissaient leurs pensées, ils étaient stressés, dormaient et mangeaient mal … La méditation de pleine conscience est une méthode pour apaiser le flot de pensées. Je m’inspire du protocole Jon Kabat Zinn, « Au cœur de la tourmente, la pleine conscience » qui consiste à se concentrer sur le corps, le souffle et l’observation de ses émotions et pensées, pour acquérir le mieux être. C’est ce qu’il a appelé la MBSR, traduisez par la réduction du stress basée sur la pleine conscience.

Info-éco / Comment ça marche ?

P. G. / En portant son attention sur sa respiration et ses perceptions corporelles les plus subtiles. Tous les jours, pendant 15 à 20 minutes, il s’agit de ne rien faire, mais d’être, pleinement et de goûter l’instant présent. C’est un exercice à la fois simple, à la portée de tous, mais exigeant, en termes de disponibilité de temps et d’esprit. Au centre de méditation, nous proposons différentes séances qui s’adaptent à chacun.

Info-éco / Que pensez-vous de cette pratique en entreprise ?

P. G. / Depuis dix ans, la méditation est plus médiatisée. Issue du bouddhisme, cette pratique du MBSR en a retiré la dimension spirituelle pour en faire une pratique entièrement laïque. Pour moi, pratiquer la méditation en entreprise ou dans l’armée pour les snipers, c’est une perversion. La pleine conscience n’est pas qu’une pratique corporelle, c’est un art de vivre, une démarche personnelle. J’apprends à mes élèves à vivre en méditant. La méditation nous aide à revoir nos priorités dans la vie, mieux gérer notre temps, comprendre que regretter le passé et s’angoisser pour l’avenir ne sert à rien et qu’il faut vivre le moment présent. La pleine conscience, c’est porter intentionnellement son attention sur les choses telles qu’elles sont dans l’instant présent, sans jugement.

Info-éco / Porte-t-elle vraiment ses fruits ?

P. G. / La méthode a été confrontée à la neurologie. Au bout de 8 semaines, il y a des résultats, c’est la plasticité neuronale. Un être humain s’il le souhaite peut influer sur ses neurones durant toute sa vie, dans un sens positif ou négatif. La méditation va dans le sens positif. Grâce à la méditation, certaines aires du cortex cérébral s’apaisent et d’autres s’allument, comme la confiance en soi, l’apaisement, le calme. Des études scientifiques démontrent qu’elle augmente le bien-être subjectif, qu’elle reconstruit la couche de protection des chromosomes et aide à la remontée du système immunitaire. D’ailleurs, la méditation a fait son entrée dans l’hôpital au service rhumatologie, cela n’aide pas à guérir, mais à avoir un bien-être supérieur aux autres. Les services de cardiologie se forment à la méditation pour ensuite retransmettre et l’oncologie commence à s’y mettre. Ce qui me plaît c’est l’objectivation des bien-êtres.

Propos recueillis par Lydia De Abreu

Contact : www.gourrier-meditation.fr.

Partenaire : Inovis asset management