Connect with us

La Région règle les trop fortes ambitions de l’ex Poitou-Charentes

rousset

Actualité

La Région règle les trop fortes ambitions de l’ex Poitou-Charentes

Réunis en commission permanente dans la maison de la région à Poitiers, Alain Rousset et les 45 conseillers régionaux ont traité 564 dossiers pour un montant de 233 M€. Alors que l’ex Poitou-Charentes avait déjà engagé 120 % du budget 2016, la Nouvelle-Aquitaine tente de rétablir les comptes.

rousset

Réunis en commission permanente dans la maison de la région à Poitiers, Alain Rousset et les 45 conseillers régionaux ont traité 564 dossiers pour un montant de 233 M€. Alors que l’ex Poitou-Charentes avait déjà engagé 120 % du budget 2016, la Nouvelle-Aquitaine tente de rétablir les comptes.

Investissements dans les lycées (213 M€), service régional de formation (127 M€), contrats régionaux de développement durable (90 M€), les TER (60 M€) … autant d’exemples qui élèvent les engagements de l’ex Poitou-Charentes à 900 M€ contre 480 M€ pour l’ex Aquitaine. Confirmant que le rééquilibrage prendra du temps, le président Alain Rousset ne souhaite pas incriminer l’ex-Poitou-Charentes, mais tenait juste à expliquer pourquoi les quatre départements du Poitou et des Charentes avaient moins de dossiers en cours. « J’ai trouvé mal venu les critiques des élus de la Vienne d’autant que nous avons arrêté moins d’opérations qu’eux. On ne peut pas critiquer le système de Poitou-Charentes précédent et demander à ce que l’on continue. Je trouve qu’il y a un peu d’hypocrisie. » Excepté le retrait de l’opération « 10 000 toitures » ou les « Nuits Romanes » — dont un fonds de 300 M€ a été mis en place pour rémunérer les artistes initialement prévus — l’ex Poitou-Charentes n’est pas en reste en terme d’investissements et notamment auprès des entreprises.

Soutien aux créateurs d’emplois et de valeurs

« Nous accompagnons ceux qui créent et innovent », martèle le chef de la plus grande région de France, « plus nous renforçons les régions, plus nous renforçons l’appui aux créateurs d’emplois et de valeurs ». En Charente, la société de production Xilam, connue pour ses célèbres dessins-animés (Les Dalton, Oggy et les Cafards ou les Zinzins de l’Espace) va recevoir une subvention de 150 000 euros pour installer un nouveau studio à Angoulême. En Deux-Sèvres, la société Grelbex Technologies, spécialisée dans la conception de machines dédiées au tranchement de minéraux, va recevoir 22 928 € pour la mise en place d’une stratégie à l’international. En Vienne, le cluster numérique SPN reçoit une enveloppe de 15 000 € pour l’accompagner dans ses projets à l’export.

Les petites entreprises ne sont pas oubliées. A Châtellerault, Solutions Compétences reçoit un coup de pouce de 7 000 euros pour la création d’un groupement d’employeurs ; à Faye l’Abesse, Entr’vert va pourvoir s’équiper de nouvelles machines (3 331€) ; à Champniers, Furam va pouvoir acquérir une centrale de ramonage (5 000 €). « Nous ne souhaitons pas abandonner les TPE, insiste Alain Rousset, elles représentent un surgissement d’emplois exceptionnel. »

Les tiers lieux sont aussi sur la liste. A Ligugé, l’association AY 128 qui porte le projet des « Usines Nouvelles » sera aidée de 50 000 €, à Cognac, l’avant-scène recevra une subvention de 70 000 € pour son projet de Fablab, espace de co-working et d’un pôle de recherche.

Lydia De Abreu

Plus dans Actualité

En haut