Ségolène Royal en visite technique à la centrale de Civaux

Publié le 25 août 2014 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

Royal-Civaux-portrait

Le Gouvernement est en crise. Ce lundi 25 août, il a explosé de bon matin, mais cela n’a eu aucune répercussion sur la visite de Ségolène Royal à la centrale de Civaux. Si la presse nationale était aux aguets pour avoir un soupçon d’information sur le prochain gouvernement de Valls, la ministre de l’Ecologie n’a pas désiré s’exprimer sur le sujet. « Je ne souhaite pas alimenter la polémique. La France a les moyens de renouer avec la croissance et la transition énergétique est un levier. Je ne suis pas affectée par l’annonce, j’avance sereinement et mes équipes sont au travail. » Cette réponse lève le doute sur son départ.

Civaux n’est pas menacé

Omniprésente en Poitou-Charentes, la ministre de l’Ecologie aime venir chercher des exemples concrets dans son territoire. Il y a un mois, elle présentait son projet de loi sur la transition énergétique et la croissance verte. Dans ce projet, elle envisage de réduire à 50 % la part du nucléaire dans la fourniture d’énergie et prévoit la fermeture de 20 réacteurs d’ici 2025. L’avenir du site de Civaux, employant 1 000 personnes, est-il en danger ? « Pas du tout ! Civaux ne sera pas dans la liste des centrales à fermer. Il est important d’avoir une vision d’avenir et de miser sur le mix énergétique. Nous avons acquis un savoir-faire unique en termes d’énergie nucléaire. En misant sur les différentes énergies, je veux faire de la France, un exemple d’excellence environnementale en Europe et dans le reste du monde. » Ambitieuse, l’ancienne présidente de la Région assure que la transition énergétique se fera en douceur. L’une de ses priorités est la performance énergétique des bâtiments. « Le bâtiment va mal, il a besoin d’un nouveau souffle. La transition énergétique est l’occasion pour le chef d’entreprise, l’artisan, les commerçants … de participer à la reconquête du pays. »

Lydia De Abreu

Plus d’infos sur le projet de loi sur la transition énergétique.

Partenaire : Inovis asset management