Connect with us

Sourice, tapissier depuis deux générations

sourice

Entreprises

Sourice, tapissier depuis deux générations

Fauteuils, canapés et têtes de lit, l’entreprise fabrique tout à Moncoutant depuis deux générations.
Elle mise sur son savoir-faire artisanal, la qualité et propose chaque année des nouveautés.

sourice

Fauteuils, canapés et têtes de lit, l’entreprise fabrique tout à Moncoutant depuis deux générations. Elle mise sur son savoir-faire artisanal, la qualité et propose chaque année des nouveautés.

Fin 2017, l’entreprise deux-sévrienne Sourice a décroché un important contrat. Elle va refaire tous les sièges des 180 Hippopotamus de France, lui assurant de l’activité pour les cinq ans à venir. Depuis deux générations, ces tapissiers de métier réalisent fauteuils, canapés, sièges et têtes de lit, « tout ce qui se rembourre », précise Christophe Sourice, directeur commercial de l’entreprise. 150  à 200 places assises sortent ainsi toutes les semaines des ateliers.

« Nous recevons la structure. Elle est teinte, puis nous posons le tissu et faisons les finitions. » Avec une vingtaine de teintes pour le bois et plus de 150 tissus, les combinaisons sont nombreuses. « Nous travaillons sur commande, à partir d’un catalogue. » Les pièces sont distribuées via leur propre magasin, mais aussi Monsieur Meubles, Mobilier de France ou des magasins de meubles multi-marques. L’hôtellerie-restauration représente 30 % de leur chiffre d’affaires. « Nous exportons également un peu en Belgique, Suisse et Luxembourg et nous faisons quelques ventes pour la Corée, Israël et la Russie. Le savoir-faire, la fabrication à la française ont leur importance. C’est un argument en plus de celui de la qualité. » L’entreprise a d’ailleurs déposé un dossier pour obtenir le label Entreprise du Patrimoine Vivant.

La qualité française

Tout est fabriqué et assemblé à Moncoutant depuis deux générations. Le père, Pierre, s’est installé comme tapissier « simplement avec son marteau et son ciseau », sourit Christophe Sourice. Il a commencé avec un puis deux apprentis, ils sont aujourd’hui 37  personnes. Les trois frères ont ensuite repris l’entreprise. Christophe Sourice a débuté par des études de comptabilité, puis est devenu commercial et occupe aujourd’hui le poste de directeur commercial. Stéphane était cuisinier, il est directeur de la logistique. Enfin, Hervé est passé par l’apprentissage puis l’école Boule pour être aujourd’hui directeur de la production. « Notre père a su nous faire confiance et a beaucoup délégué. La transition s’est bien passé, nous avons chacun notre partie. »

A deux pas des ateliers, l’entreprise a créé son propre magasin Meubles Sourice, sur 1  200 m2. C’est aujourd’hui, la femme de Christophe, Françoise Sourice qui le tient, entourée d’une équipe de sept personnes. « Nous sommes à la campagne, mais il a plutôt un beau succès. Nous nous sommes déjà posé la question d’ouvrir un deuxième magasin, mais la gestion d’une boutique, c’est un autre métier. »

Se renouveler

Chaque année, l’entreprise renouvelle une partie de son catalogue. Il y a trois ans, elle s’est associée à l’agence Huit Design, basée à Jaunay-Marigny, pour proposer de nouveaux modèles de fauteuils et canapés. « La gamme Toopie a un petit côté rétro qui plaît beaucoup. Les deux designers nous ont apporté un œil neuf. C’était un pari pour nous, la gamme sortait des sentiers battus. Il fallait plaire aux magasins de meubles et surtout aux consommateurs. Nous étions sur des canapés familiaux très classiques, ainsi, nous avons pu renouveler notre image. Si avant un modèle pouvait rester cinq à sept ans en catalogue, aujourd’hui c’est deux à trois ans. Un top vente se mesure à son démarrage. C’est le n°1 de nos ventes aujourd’hui. »

M. W.

Continue Reading
Advertisement
Vous aimerez aussi

Plus dans Entreprises

En haut