Connect with us

The Bubble Company connecte les enseignes à leurs clients

bubble company

Entreprises

The Bubble Company connecte les enseignes à leurs clients

La Bubble est un objet connecté avec comme première fonction la recharge de smartphone. Elle permet de dialoguer en temps réel avec ses utilisateurs et sert de relais à tout contenu. Imaginée par Julien Casel et Christophe Vattier, ils ont choisi la Technopole pour développer leur start-up.

vattier

La Bubble est un objet connecté avec comme première fonction la recharge de smartphone. Elle permet de dialoguer en temps réel avec ses utilisateurs et sert de relais à tout contenu. Imaginée par Julien Casel et Christophe Vattier, ils ont choisi la Technopole pour développer leur start-up.

« Nous avons créé la société en 2014 avec Julien Casel sur une idée forte : fournir des services aux marques à destination des utilisateurs dans les points de vente, explique Christophe Vattier, président et fondateur de la start-up The Bubble Company. Grâce à la puce NFC, nous pouvons repérer et interagir avec les smartphones, voilà notre cœur d’activité. »

Mais, cette cible avait un inconvénient, les nombreux services à contacter et à mettre en ordre de marche pour voir aboutir les projets. « Nous risquions l’épuisement. Nous avons donc imaginé un premier service physique. Et tous les gens qui possèdent un smartphone ont forcément besoin à un moment ou à un autre de le recharger. Nous avons donc matérialisé cette idée grâce à la Bubble. Son design nous permet de nous intégrer partout. C’est en fait un hub de services, le point central du système dont la recharge est l’une des possibilités. » Autour de cet objet, la société va déployer une multitude de services à la carte (coupon, vidéo, publicités, informations …). Il n’est pas nécessaire d’avoir une connexion physique pour communiquer avec le client, mais la Bubble est en fait un point de repères, elle permet d’incarner les services à disposition. Par exemple, une enseigne décroche l’exclusivité pour la diffusion d’un single en avant-première. Le client se rend au magasin et grâce à l’application peut écouter le morceau sur son smartphone. « Ce sont autant d’acheteurs potentiels qui se sont déplacés, note Chritophe Vattier. L’enseigne propose bien un service en plus, qui permet aussi d’attirer et de fidéliser le client. » Autre exemple, le client passe une première fois en magasin. S’il revient, la Bubble va clignoter d’une certaine couleur et indiquer au vendeur que c’est la deuxième fois que la personne passe. « Pour chaque enseigne, nous nous adaptons suivant ces demandes. Les besoins en services sont partout. »

Les deux entrepreneurs ont commencé à tester leur produit dans des bars, des boutiques, des restaurants … et ont ainsi installé près de 1 000 Bubbles. « Les grands comptes sont intéressés par notre offre et ont de vrais besoins en la matière. » Aujourd’hui, la start-up travaille avec une vingtaine de grands comptes. Dans les filets de The Bubble Company, l’un des premiers intéressés est Orange. « Depuis fin 2015, nous déployons nos bubbles dans leurs points de vente en France et même à l’étranger. Et notre collaboration s’accélère. »

Installation au CEI

Pour déployer tous leurs services et renforcer leur équipe, il fallait aux deux associés un point d’ancrage. Ils ont choisi Poitiers et la Technopole du Futuroscope pour implanter leur centre informatique à partir du 2e trimestre de 2016. « Nous avons visité plusieurs villes, mais Poitiers nous a séduit. Elle présente un écosystème favorable à notre développement. Nous avons reçu le soutien de Grand Poitiers et de la Région pour notre implantation. Nous avons trouvé des partenaires financiers. Le tissu économique est intéressant. C’est tout cet ensemble qui était favorable à notre venue. » Pour l’instant, ils sont situé au CEI, le centre d’entreprises et d’innovation. « Cela nous permet d’échanger avec les autres structures, d’attendre d’avoir une relative stabilité dans notre croissance et nos embauches. » Pour l’instant l’effectif est à 21 personnes réparties entre Poitiers et Paris, mais la start-up prévoit 10 à 20 recrutements. « Aujourd’hui, notre objectif est d’accélérer notre vitesse de déploiement et à plus grande échelle, pour nourrir notre croissance. »

M. W.

Continue Reading
Advertisement
Vous aimerez aussi

Plus dans Entreprises

En haut