Connect with us

Thierry Mesmin : « Permettre à tous d’accéder aux mêmes services »

mesmin

Actualité

Thierry Mesmin : « Permettre à tous d’accéder aux mêmes services »

Thierry Mesmin est candidat aux élections législatives sous l’étiquette Divers gauche sur la circonscription 3 de la Vienne.

mesmin

Thierry Mesmin est candidat aux élections législatives sous l’étiquette Divers gauche sur la circonscription 3 de la Vienne.

Présentation. Je suis né à Montmorillon. J’ai débuté à La Poste et depuis 25 ans, j’exerce à la Banque de France à Poitiers. J’ai commencé comme élu à Persac en 2001, puis maire en 2008. J’ai été en parallèle président de la communauté de communes du Lussacois, jusqu’en 2014. J’ai réalisé deux mandats au Département de la Vienne, alors en tant que conseiller général de 2008 à 2015. J’ai quitté le Parti socialiste. Je m’étais retiré, mais après l’élection présidentielle et face à ce qu’il se passe en sud Vienne, j’ai voulu m’engager. Je veux représenter un courant de pensée qui ne l’est plus actuellement sur la circonscription. Au delà de l’aspect éthique, mon engagement ne change pas au gré du contexte national, je présente une candidature indépendante et engagée. J’ai une certaine liberté par rapport aux appareils politiques en place, mais je porte quand même les valeurs de gauche.

Economie. Mon rôle est de permettre à tous les habitants d’accéder aux mêmes services, tant en zones urbaines que rurales.

Cela passe par le développement des infrastructures virtuelles (téléphonie et très haut débit). Les zones rurales sont très mal desservies. La population et les entreprises subissent cette carence. C’est un frein au développement de l’activité économique. Cela passe aussi par les infrastructures réelles et notamment le réseau routier national, je pense bien sûr à la liaison Poitiers-Limoges. Ces infrastructures permettent aux artisans de se développer, d’irriguer le territoire. Les PME doivent pouvoir vivre et se déplacer dans des conditions satisfaisantes.

Projets de lois. La loi NOTRe doit être revue. Elle génère des disparités entre les zones urbaine et rurale. Elle éloigne les citoyens des décisions. La population doit pouvoir accéder aux services des collectivités qu’il s’agisse d’un jeune, d’une personne à mobilité réduite ou d’une personne âgée. La concentration n’entraîne pas plus de fluidité. Les gens ne comprennent plus les impôts, les décisions. Pour intéresser les citoyens, les élus de la communauté de communes devraient être élus au suffrage universel direct, pour redonner du sens.

Suppléante : Laure Ehrmann

Facebook : thierrymesmin2017

Continue Reading

Plus dans Actualité

En haut