Connect with us

Une seconde vie pour les habits avec La Petite Empreinte

petite empreinte

Entreprises

Une seconde vie pour les habits avec La Petite Empreinte

Au 169 de la Grand’Rue, depuis le 11 mai, la pétillante Aurélie Philippon-Dubos propose des vêtements
de seconde main pour les enfants de 0 à 6 ans.

La Petite Empreinte a pris la place de Do What You Love, dans une boutique chaleureuse, au parquet en bois, avec une belle hauteur sous plafond et des poutres apparentes. Vêtements, chaussures, jeux, jouets, livres, turbulettes, couches lavables … il y a tout pour les enfants de 0  à 6 ans, la particularité étant que la plupart des pièces ont déjà été utilisées. Ainsi, Aurélie Philippon-Dubos sélectionne ces objets de seconde main chez les particuliers pour les proposer à nouveau à la vente et leur offrir ainsi une seconde vie. « Vinted a fortement démocratisé le second main, mais ça prend du temps de vendre … Il y a aussi quelques déceptions. Ici, les gens peuvent voir, toucher et repartir tout de suite avec. »

Les placards des familles regorgent de trésors et d’objets inutilisés. Dans le domaine de la petite enfance, les parents le savent bien, leurs petites têtes blondes prennent chaque mois plusieurs centimètres et il est parfois difficile de tenir le rythme du changement de garde-robe. Le joli pantalon a ainsi été mis trois fois et la petite jupe à peine deux. Ces vêtements en parfait état, la commerçante les rachètent pour vêtir d’autres enfants. « Je ne voulais pas vendre du neuf, ça ne me correspondait pas. Mon objectif est que les vêtements circulent, les affaires passent de famille en famille pour créer un cercle vertueux. » Ainsi, La Petite Empreinte apporte sa pierre à la lutte contre le gaspillage vestimentaire en privilégiant la réutilisation. « Les gens sont contents de ce service  : des prix bas et des produits de qualité pour les clients, une rémunération pour les vendeurs. Tout le monde s’y retrouve. »

Un commerce de proximité 

Ayant suivi une formation dans le commerce et la vente, Aurélie Philippon-Dubos exerce comme responsable de magasin. Elle deviendra ensuite hôtesse de l’air pendant dix ans. A la naissance de son fils, elle change de ville et de voie pour devenir assistante maternelle. « La fibre commerciale a refait surface. Et sur le marché de seconde main, il y a de nombreux concepts à développer, à pousser. » Elle s’est donc lancée. Aidée par la Chambre de commerce et d’industrie pour l’étude de marché, suivie par son comptable, pendant un an elle travaille sur son projet. Elle trouve ce joli local, s’installe et ouvre finalement juste après le confinement. « Je devais ouvrir le 17 mars … Pendant cette période, j’ai pu faire quelques livraisons … je ne pensais pas démarrer dans ces conditions. »

Il y a donc des vêtements, mais aussi des jeux  : puzzles, figurines, lego, playmobil  … « Là aussi, je privilégie le durable … » La Petite Empreinte propose également la location de jouets libre (des marques Grapat, Goki, Grimm’s, Flockmen  …). « Il n’y a pas de mode d’emploi avec. Ils sont surtout là pour favoriser l’imagination des enfant. Ils se les approprient et les utilisent comme bon leur semble  … La location, c’est aussi le moyen de les démocratiser.  » Elle propose à la vente en neuf les jouets Goki, ainsi que quelques paires de chaussures et quelques créations. « Ce n’est pas un énième dépôt-vente, mais une boutique de vêtements presque neufs ! J’ai de très bons retours, il faut juste oser dépasser quelques idées préconçues et ne pas hésiter à pousser la porte de la boutique. »

Facebook : La Petite Empreinte.

Plus dans Entreprises

En haut