Connect with us

Cul Cul la Praline met de la douceur dans ses doudous

cul cul la praline

Entreprises

Cul Cul la Praline met de la douceur dans ses doudous

Il y a deux ans et demi, Clémentine Siegfried a lancé son entreprise chez elle. Parmi ses premières créations, elle confectionne des doudous pour enfants, des créations personnelles, respectueuses de l’environnement.

Il y a deux ans et demi, Clémentine Siegfried a lancé son entreprise chez elle. Parmi ses premières créations, elle confectionne des doudous pour enfants, des créations personnelles, respectueuses de l’environnement.

Derrière Cul cul la Praline, il y a Clémentine Siegfried, la trentaine, installée dans la campagne deux-sévrienne. C’est pour elle un choix de vie après avoir parcouru la France et l’Europe en tant qu’archéologue préhistorienne. A Sepvret, c’est vers un tout autre domaine qu’elle s’est tournée : la couture et le tricot, comme moyens d’expression. « J’ai eu besoin de changer de cap, toujours avec cette envie de transmettre un savoir-faire aux jeunes et aux adultes », confie-t-elle.

Une démarche écologique

Doudous baudets en coton biologique, lingettes lavables, éponges crochetées de tradition japonaise (tawashi) utilisées pour la vaisselle ou le ménage … les créations de la jeune femme sont variées. Au-delà de l’aspect créatif, elle a une vraie démarche écologique. Choix des matières premières, réutilisation des chutes, gestion des envois  … chaque détail compte. « Ma mère était dessinatrice textile et je l’ai toujours vu peindre, dessiner, puis aller vendre ses collections. Je me baladais dans les showrooms de Dior, Lanvin … et je retrouvais ces matières, ces couleurs dans mon quotidien. » Avec en plus un père peintre, et une grand-mère modiste, la jeune Clémentine Siegfried a toujours baigné dans cette atmosphère artistique. Après dix ans de réflexion, elle a donc franchi le cap, en créant sa société Cul Cul la Praline. « C’était un gros pari pour moi. C’était aussi aller vers l’inconnu, mais j’ai été largement récompensée. Mon premier salon en 2016 a été un succès. De nombreuses boutiques ont voulu vendre mes produits. Je suis revenue avec zéro stock et depuis je fonctionne à flux tendu ! » Lors de cette première année d’activité, enceinte de sa seconde fille, Clémentine Siegfried a dû concilier sa vie de chef d’entreprise et de maman. « Je suis fière du parcours réalisé jusque-là. »

cul cul la praline

Une inspiration personnelle

Surprise de ce succès, la créatrice n’en revient toujours pas de ce chemin parcouru en deux ans et demi. « Je ne m’étais jamais frottée au milieu de l’entreprise et aujourd’hui je peux dire que c’est réussi ! » De ses croquis et dessins personnels à ses créations, elle a su attirer le regard d’une clientèle locale au départ, mais aujourd’hui plus large. « Je me suis inspirée de ce qui me touche, ma vie de famille notamment pour les doudous. Je regarde aussi ce qu’il peut manquer dans des boutiques  … Pour le reste, c’est de la création pure, je ne m’inspire pas forcément de ce qui existe déjà. » Sa démarche a également été récompensée par une deuxième place au Trophée des femmes de l’artisanat. « Mon travail est reconnu par mes clients, les gens sont sensibles à cette démarche. C’est quelque chose qui leur parle. » Clémentine Siegfried aime d’ailleurs l’idée de semer, de-ci de-là, quelques graines sur le respect de l’environnement. « C’est une démarche globale, souligne-t-elle. Je fais passer mes doudous en laboratoire afin qu’ils soient aux normes CE, cela surprend agréablement les gens. » Préparant plusieurs salons l’an prochain, dont un à Nantes, Clémentine Siegfried entend progresser à son rythme, sans aller trop vite et tout en restant fidèle à ses valeurs et à sa philosophie.

Ludovic Rhode

Plus : Pour découvrir ses créations : Facebook de Cul Cul La Praline.

Continue Reading
Advertisement
You may also like...

More in Entreprises

En haut