Connect with us

La Conciergerie du Pays Châtelleraudais au service des salariés

conciergerie

Entreprises

La Conciergerie du Pays Châtelleraudais au service des salariés

Créée en 2017 par Sandrine Rambour et Henri Laveau, la Conciergerie se déploie aujourd’hui dans quatre entreprises du territoire. Les deux co-gérants souhaitent également apporter leur service aux PME et TPE de façon mutualisée.

conciergerie

Créée en 2017 par Sandrine Rambour et Henri Laveau, la Conciergerie se déploie aujourd’hui dans quatre entreprises du territoire. Les deux co-gérants souhaitent également apporter leur service aux PME et TPE de façon mutualisée.

Un colis à poster, un ourlet à faire sur un pantalon, une recherche d’artisan … Sandrine Rambour et Henri Laveau se chargent de ces petits travaux à la place de la personne. Voilà trois ans que les deux associés ont lancé leur activité de conciergerie d’entreprises.

Les deux entrepreneurs se sont rencontrés en 2016 à l’occasion d’une réunion d’information de l’Aceascop à Châtellerault (coopérative d’activités et d’emplois). « Ma femme a découvert le concept à l’occasion d’un reportage télévisé, explique Henri Laveau. Elle trouvait que le projet collait bien à ce que je réalisais déjà. J’ai gardé l’idée en tête. » De son côté Sandrine Rambour était en reconversion avec l’envie de trouver un projet qui lui parlait. « Nous partagions le même esprit, la même envie d’apporter des services au territoire. Il y avait quelque chose à faire ensemble. »

Alléger la charge mentale des salariés

Pendant un an, ils construisent le projet. « D’autres conciergeries d’entreprises existent en France, mais elles sont plutôt situées dans les métropoles. Ça n’existait pas sur notre territoire. Nous avons tout créé, de l’offre à la charte graphique. Nous voulions surtout travailler pour des acteurs locaux, avec des acteurs locaux et faire fonctionner l’économie locale. Nous ne sommes pas sur du haut-de-gamme, mais plutôt sur de la taille humaine et du bon sens. »

La Conciergerie du Pays Châtelleraudais s’installe dans les locaux de la pépinière René-Monory, fin 2016 et décroche son premier contrat début 2017. CAP (Cosmétique Active Production), du groupe L’Oréal à La Roche-Posay, s’abonne pour un an.

Le principe est simple. Les deux concierges assurent une permanence une fois par semaine dans l’entreprise et récupèrent alors les tâches à faire. Le service est payé par le salarié, après sa réalisation, sans surcoût pour lui. Repassage, pressing, couture, panier de légumes, colis, mise en relation avec des artisans pour des travaux ou une aide à domicile, prise de rendez-vous avec un garagiste ou un opticien qui se déplace à l’entreprise ou au domicile … le salarié peut piocher dans une liste étoffée de services. « Nous travaillons avec 70 à 80  prestataires du territoire », souligne Sandrine Rambour.

Des animations et des offres spéciales sont aussi conçues : vente de plants pour le jardin, confection de panier gourmand pour Noël, collecte d’habits pour les associations … Outre les salariés, l’entreprise peut également bénéficier de ces services.

S’ouvrir aux PME et TPE

Aujourd’hui, quatre entreprises ont souscrit à cette offre (CAP, Eurial à Dangé-Saint-Romain, Soignon dans les Deux-Sèvres et Aquitel sur la technopole du Futuroscope). « Cela signifie que notre modèle économique est viable, il fonctionne. Mais, il a fallu convaincre. La qualité de vie au travail ne faisait pas partie, à l’époque, des préoccupations principales. C’est vrai qu’il a fallu montrer notre valeur ajoutée, venir faire des essais dans l’entreprise pour montrer concrètement le fonctionnement, mais nos clients sont aujourd’hui nos meilleurs ambassadeurs. »

Aujourd’hui, les deux associés souhaiteraient apporter leurs services aux PME et TPE, notamment du tertiaire. « L’idée est de mutualiser la Conciergerie pour plusieurs entreprises, sur un même bâtiment, une même zone, indique Henri Laveau. Nous voulons ainsi toucher un public qui manque de temps et alléger la charge mentale des salariés. » Les entreprises souhaitent ainsi favoriser l’équilibre femme-homme, permettre à tous de concilier vie personnelle et professionnelle, avoir une image renouvelée, plus attractive, notamment pour de futurs ou nouveaux salariés. « Nous mutualisons des déplacements, tout en faisant travailler le territoire économique local, rajoute Sandrine Rambour. Et lors de nos permanences, nous le constatons, c »est aussi l’occasion de créer du lien social. »

M. W.

Plus : www.lcpc86.fr.

Continue Reading

More in Entreprises

En haut